Courtepaille a été mise sous séquestre en juillet. Son projet rival Buffalo Grill a été celui avec le moins de suppressions d’emplois.

La justice a choisi l’offre Buffalo Grill pour reprendre la chaîne de restaurants rivale Courtepaille, mise en redressement judiciaire en juillet dans le contexte de la crise économique liée à Covid-19. Le tribunal de commerce d’Evry (Essonne) l’a annoncé vendredi 25 septembre.

L’offre de Buffalo Grill s’élève à 17 millions d’euros et porte sur l’acquisition de 2 208 des 4 000 employés. Elle a été jugée “mieux vaut dire” sur le plan social et financier par rapport à l’autre proposition, du Groupe Bertrand.

Le fonds TDR, actionnaire de l’acheteur de Buffalo Grill, l’a également “a pu faire des efforts financiers décisifs dans un passé récent” et ainsi prouvé “qui a pu fournir un effort important” au soutien de Courtepaille, a statué le tribunal, qui a trouvé le business plan “plus ambitieux” par rapport à celle de l’offre concurrente.

Propriété du fonds britannique ICG depuis 2011, Courtepaille a été mise en redressement judiciaire le 29 juillet après une baisse d’activité due au coronavirus et un rejet d’un prêt garanti par l’État. La chaîne de restauration familiale fondée en 1961 a vu son chiffre d’affaires, de 190 millions d’euros en 2019, baisser de 40% depuis le début de l’année.

“La CGT est entièrement satisfaite de ce jugement”, a déclaré à l’AFP Pascal Zoublir, délégué CGT de l’entreprise. “Il y aura moins de licenciements. Buffalo était notre candidat préféré. Pour nous, le critère principal a toujours été l’emploi.”.