Moscou dans les sites d’Oslo. La Norvège a accusé mardi la Russie d’être à l’origine d’une cyberattaque qui avait ciblé son Parlement cet été et a permis à ses auteurs de saisir les e-mails de certains députés.

1est En septembre, le Storting, le parlement norvégien monocaméral, a annoncé qu’il avait été la cible quelques jours à peine avant une “Fixé” attaque sur son réseau interne, sans préciser son origine. Les données “Un petit nombre de députés et d’employés” avait été téléchargé, il a été précisé.

“Sur la base des informations dont dispose le gouvernement, nous pensons que la Russie est derrière cette activité.”Le ministre des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide a déclaré mardi. “Il s’agit d’un épisode grave, qui affecte notre institution démocratique la plus importante”dit-il dans un communiqué, sans donner plus de détails.

Article réservé à nos membres Lire aussi Cyber ​​coercition: un nouveau défi stratégique

Les relations étaient tendues depuis l’annexion de la Crimée

Dans son rapport annuel d’évaluation de la menace publié début février, le service norvégien de renseignement intérieur (PST) a mis en garde contre les opérations. “Sur le réseau informatique”, qui selon eux constituent “Une menace persistante et à long terme pour la Norvège”.

Lire aussi La Russie accusée par les États-Unis et le Royaume-Uni d’une cyberattaque en Géorgie

En 2018, la Norvège, membre de l’OTAN, a arrêté un Russe soupçonné d’avoir recueilli des renseignements sur le réseau de données du Parlement, mais l’a relâché moins d’un mois plus tard, faute de preuves.

Les deux pays, qui partagent une frontière commune dans l’Arctique, entretiennent généralement de bonnes relations, mais leurs relations sont tendues depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

READ  Accusé de véhiculer des clichés racistes, la marque de fabrique de l'oncle Ben devient Ben's Original
Lire aussi Hack Bundestag en 2015: l’Allemagne émet un mandat d’arrêt contre un pirate informatique russe

Le monde avec l’AFP