La Nouvelle-Zélande présentera des produits pour la période gratuite à tous les étudiants

Une étude du Dr Donovan a révélé que les étudiants des communautés d’immigrants maoris et insulaires du Pacifique de Nouvelle-Zélande, qui sont statistiquement plus susceptibles d’être frappés par la pauvreté, étaient également plus susceptibles de ne pas avoir les moyens d’acheter des produits menstruels. L’étude a montré que 15% des élèves maoris et 14% des élèves du Pacifique ont manqué l’école parce qu’ils n’avaient pas de règles.

Les produits de santé peuvent coûter jusqu’à 15000 $ NZ, ou 10800 $, au cours de la vie d’une personne, a déclaré Miranda Hitchings, cofondatrice de Dignity NZ, une organisation à but lucratif qui fournit des articles de santé gratuits aux écoles, aux jeunes et aux organisations communautaires.

« C’est un coût important qui pourrait faire partie d’un prêt étudiant ou d’un dépôt immobilier », a-t-il déclaré. « Mais en raison de la nature cyclique de la pauvreté entre les sexes, c’est une autre chose qui met les femmes, ou les personnes ayant des règles, à l’arrière-plan. »

Avant que les nouvelles locales de 2016 ne jettent la lumière sur l’ampleur de la pauvreté menstruelle en Nouvelle-Zélande, le public était relativement peu conscient du problème, a déclaré Mme Hitchings.

«Nous sommes allés dans les écoles pour parler et avons découvert que non seulement c’était réel, mais que c’était incroyablement répandu», a-t-elle dit. «Nous avons également constaté que les populations locales, comme les infirmières et les enseignants dans les écoles, achetaient des produits pour leurs élèves de leurs propres poches».

Il y a également eu une forte augmentation de la pauvreté menstruelle depuis le début de la pandémie de coronavirus, a-t-elle déclaré.

READ  L'US Air Force affirme que les options sont limitées pour accélérer les livraisons Wedgetail

Une campagne pour les périodiques gratuits a débuté à la fin de 2019, lorsque Mme Hitchings, sa cofondatrice Jacinta Gulasekharam et d’autres militants ont adressé une pétition à 3000 signatures au parlement du pays appelant à des périodiques gratuits pour tous les étudiants.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here