La polémique post-Brexit sur les droits de pêche avec la France s’aggrave

Le Royaume-Uni appelle le gouvernement français à freiner les pêcheurs militants qui menacent de blocus au milieu d’âpres querelles sur l’accès aux eaux britanniques après le Brexit

  • Le Royaume-Uni s’est dit « déçu » par les nouvelles menaces de protestation des pêcheurs français
  • Le gouvernement demande des garanties à Paris qu’il n’y aura pas d' »actions illégales »
  • Cela survient au milieu de l’impasse actuelle concernant les droits de pêche post-Brexit dans les eaux britanniques


Le Royaume-Uni a demandé à la France de freiner les pêcheurs qui ont promis de perturber l’économie britannique suite à l’aggravation des discussions sur les licences de pêche post-Brexit.

Le gouvernement s’est dit « déçu » par les nouvelles menaces de protestation des pêcheurs français et a appelé Paris à garantir « aucune action illégale » contre le Royaume-Uni.

Les ministres demandent des assurances que le commerce ne sera pas affecté après que les chefs de pêche français ont signalé qu’ils pourraient bloquer Calais et d’autres ports pour arrêter les exportations vers le Royaume-Uni.

Ils ont averti Boris Johnson qu’ils avaient l’intention de « entraver les intérêts britanniques » mais n’ont pas encore défini officiellement les mesures qu’ils pourraient prendre.

Olivier Lepretre, président du comité régional de la pêche maritime du nord de la France, a déclaré que les pêcheurs français

Olivier Lepretre, président du comité régional de la pêche en mer du nord de la France, a déclaré que les pêcheurs français « entraveront les intérêts britanniques »

Les ministres exigent de Paris l'assurance que le commerce ne sera pas affecté.  Boris Johnson est photographié à Downing Street le 23 novembre

Les ministres exigent de Paris l’assurance que le commerce ne sera pas affecté. Boris Johnson est photographié à Downing Street le 23 novembre

La discussion en cours porte sur la délivrance de licences de pêche aux chalutiers de l’UE pour travailler dans les eaux britanniques.

Les termes de l’accord sur le Brexit stipulent que les bateaux doivent être en mesure de démontrer, à l’aide de données GPS, qu’ils ont travaillé dans les eaux avant la séparation du Royaume-Uni de Bruxelles.

La France a accusé le Royaume-Uni de ne pas avoir délivré de licence à tous les navires éligibles.

Mais la Grande-Bretagne a déclaré que certains bateaux n’étaient pas en mesure de justifier leurs affirmations avec les données et que leurs demandes ont donc été refusées.

Les discussions à ce sujet se poursuivent entre le Royaume-Uni, la France et la Commission européenne, mais les pêcheurs français sont « exaspérés » par les « mois d’attente interminables » et ont menacé de prendre des mesures perturbatrices.

Un porte-parole du gouvernement britannique a déclaré : « Nous sommes déçus des menaces d’activités de protestation et faisons confiance aux autorités françaises pour garantir qu’il n’y a pas d’action illégale et que le commerce n’est pas affecté.

« Nous avons autorisé au total près de 1 700 navires de l’UE ; notre approche en matière d’octroi de licences était raisonnable et pleinement conforme à nos engagements dans l’Accord de commerce et de coopération (ACT).

READ  Les contrats à terme sur actions en hausse après la meilleure semaine depuis novembre

« Nous continuons à travailler avec la Commission et les autorités françaises et examinerons toute autre preuve fournie à l’appui des demandes de licence restantes. »

Le Comité des pêches du Nord des Hauts-de-France a prévenu que les pêcheurs étaient prêts à « mettre plus de pression » sur le Royaume-Uni.

Le président de l’organisation, Olivier Lepretre, a déclaré lundi: « Nous nous opposerons aux intérêts britanniques.

« Nous voulons également répéter au Premier ministre britannique Boris Johnson : vos pêcheurs ont accès aux eaux européennes, nous ne voyons pas pourquoi nous ne pouvons pas accéder aux eaux britanniques, comme le précise l’accord sur le Brexit. »

Il n’a pas précisé quelles mesures seraient prises, mais a déclaré que les plans seraient élaborés d’ici la fin de la semaine.

Les tensions entre la Manche à propos de la pêche sont de longue date, des lignes antérieures ayant conduit à des raids de navires de la Royal Navy à Jersey au milieu des craintes d’un blocus de l’île.

Le ministre français de l’Europe Clément Beaune a déclaré lundi que toutes les options restaient sur la table de la pêche.

Il a indiqué que la France souhaite une « solution constructive » sur le nombre de licences accordées aux chalutiers pour pêcher dans les eaux britanniques, qu’il a qualifiées d’encore « pas du tout » satisfaisantes.

Mais il a déclaré que Paris envisagerait de prendre des mesures si le différend n’était pas résolu, avec des menaces comprenant des contrôles plus stricts et une interdiction aux navires de pêche britanniques de débarquer dans les ports français.

La France s’est retirée de menaces similaires dans le passé, annulant la date limite du 2 novembre pour laisser plus de temps aux pourparlers.

READ  La France pousse à un objectif de 25% pour taxer les super profits des multinationales - EURACTIV.fr

Pendant ce temps, la Commission européenne a intensifié la pression sur le Royaume-Uni dans ce différend.

Le porte-parole de la Commission, Tim McPhie, a déclaré: « Il y a eu des progrès avec les demandes de licence en attente, mais le processus avance trop lentement. »

La Commission demandera « une intensification du processus dans un délai clair », a-t-il ajouté.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here