La police allemande arrête des milices d’extrême droite qui tentent de patrouiller la frontière polonaise

Le groupe était armé de gaz poivré, d’une baïonnette, d’une machette et de matraques, selon un communiqué du bureau de presse de la police méridionale de Brandebourg.

Ses membres répondaient à un appel du parti d’extrême droite « Der Dritte Weg » (troisième voie) pour une soi-disant « marche frontalière », a indiqué la police.

Un nombre croissant de migrants ont tenté d’entrer dans l’Union européenne depuis la Biélorussie au milieu d’allégations selon lesquelles les autorités de Minsk facilitent la migration vers la frontière orientale du bloc.

La police de la ville de Guben dans le Brandenberg, l’un des trois États allemands frontaliers de la Pologne, avec la Saxe et le Mecklembourg-Poméranie occidentale, a confirmé sur CNN que plusieurs membres du groupe d’autodéfense avaient été arrêtés là-bas et dans les villages voisins.

Certaines des personnes arrêtées par la police s’étaient rendues dans la région en provenance d’autres régions du pays, a rapporté Reuters.

Samedi, 120 personnes de Guben ont organisé une veillée pour manifester leur opposition aux patrouilles frontalières d’extrême droite prévues, selon une section locale de l’Armée du Salut.

Le Premier ministre de Saxe, Michael Kretschmer, a condamné les patrouilles et s’est prononcé contre l’extrémisme de droite dans une interview dimanche.

« L’Allemagne est un pays chrétien et les réfugiés doivent être traités équitablement, même s’ils n’ont pas le droit de rester en Allemagne. Nous sommes des êtres humains et nous traitons les autres comme des êtres humains », a déclaré Kretschmer au radiodiffuseur de service public ARD. « Nous devons prendre clairement position contre l’extrémisme de droite. »

Les officiers allemands continueront de patrouiller dans les zones le long de la frontière germano-polonaise et travaillent en étroite collaboration avec les autorités fédérales, a indiqué la police dans le communiqué.

READ  Un vendeur canadien a fait tomber le capot d'une voiture volée alors qu'un voleur s'éloignait en vidéo de surveillance

La police de Guben a déclaré à CNN que le nombre de policiers fédéraux envoyés pour aider à sécuriser la frontière polonaise avait augmenté « de manière substantielle », mais n’a pas confirmé le nombre d’autres agents stationnés dans la région.

Dimanche, le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer a déclaré la photo dimanche journal que 800 autres agents avaient été envoyés dans la région.

« Des centaines d’officiers y sont actuellement en service jour et nuit. Si nécessaire, je suis prêt à les renforcer davantage », a déclaré Seehofer au journal.

Il y a eu 6 162 entrées non autorisées en Allemagne en provenance de Biélorussie et de Pologne jusqu’à présent cette année, a déclaré Seehofer.

La semaine dernière, Seehofer a déclaré qu’il n’était pas prévu de fermer la frontière avec la Pologne, mais dimanche, il a déclaré que des contrôles pourraient être nécessaires.

La Pologne prévoit de dépenser plus de 400 millions de dollars pour le mur à la frontière avec la Biélorussie

« Si la situation à la frontière germano-polonaise ne s’améliore pas, nous devrons également examiner si cette mesure doit être prise en coordination avec la Pologne et le Land de Brandebourg. Cette décision reviendra au prochain gouvernement », a-t-il déclaré.

Plusieurs États de l’UE ont accusé le président biélorusse Alexandre Loukachenko d’avoir envoyé des migrants à la frontière de l’UE en représailles aux sanctions imposées par le blocus après que les autorités biélorusses ont forcé un avion de Ryanair à atterrir à Minsk afin de pouvoir arrêter un blogueur de l’opposition à bord.

L’UE a déclaré qu’elle continuerait de lutter contre ce qu’elle a appelé une « attaque hybride (…) du régime biélorusse » et a condamné l’utilisation de migrants à des fins politiques.

Loukachenko nie cela et a blâmé l’Occident pour ce qu’il dit être une catastrophe humanitaire imminente, après que des migrants se soient retrouvés bloqués à la frontière biélorusse-polonaise.

READ  L'ancien président iranien Abolhassan Bani-Sadr décède à 88 ans | L'Iran

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here