Le moniteur Samsung C49G95T affiche une définition de 5120 x 1440 px sur sa dalle de 49 pouces et peut atteindre une fréquence de 240 Hz. De quoi exploiter toute la puissance promise par une GeForce RTX 3090.

Trouvez-vous la puissance des cartes graphiques de dernière génération un peu au-dessus? Sans parler de l’arrivée de téléviseurs 4K 120 Hz compatibles G-Sync comme les modèles OLED de LG ou même les téléviseurs 4K compatibles FreeSync de Samsung. Si les moniteurs 4K 120Hz sont encore très rares, Samsung vient de commercialiser le moniteur Odyssey C49G95T avec un panneau de 49 pouces affichant une définition Dual Quad HD de 5120 x 1440px – l’équivalent de deux écrans Quad HD de 27 pouces. – qui peut supporter un taux de rafraîchissement de 240 Hz. La carte graphique doit donc supporter 7,37 millions de pixels, soit seulement 11% de pixels en moins qu’un écran Ultra HD affichant 8,29 millions de pixels . La GeForce RTX 3090 est conçue pour les jeux Ultra HD 60Hz, mais ce moniteur peut afficher quatre fois le nombre d’images par seconde.

Une nouvelle configuration à la hauteur de la tâche

Jusqu’à présent, nous avons testé des moniteurs avec une configuration décente, mais pas si jeune. Notre PC était équipé d’un processeur Intel Core i7-7700K, de 16 Go de DDR4 et d’une carte graphique GeForce GTX 1080 Ti. Cette configuration est largement suffisante pour profiter de jeux Full HD et Quad HD avec des fréquences élevées tout en restant modéré dans les paramètres, mais le test du moniteur Samsung Odyssey Dual Quad HD avec ses 240 Hz nous a incité à changer de machine. Nous avons opté pour une nouvelle configuration composée d’un boîtier Corsair 4000D AirFlow, d’une carte mère Asus Prime B550M-A, d’un processeur AMD Ryzen 7 3700X (six cœurs à 3,6 GHz), d’un refroidissement par eau pour le processeur Corsair iCue H100i RGB Pro XT , Corsair Dominator Platinum RGB 32 Go DDR4-3600, un petit SSD Crucial M.2 de 512 Go et une alimentation Corsair TX750M suffisamment puissante pour alimenter la carte graphique la plus puissante du marché, la GeForce RTX 3090. Même avec ce monstre de puissance , qui reste cependant limitée par son processeur, la fréquence de 240 Hz en définition native nécessite beaucoup de sacrifices en termes de qualité.

READ  La mise à niveau Killer de l'iPhone 12 Pro révélée - voici ce que LiDAR peut faire

Une fréquence de 240 Hz difficile à atteindre, mais toujours fluide

Nous avons essayé d’atteindre une fréquence de 240 Hz en utilisant toute la surface de l’écran. Pour ce faire, seules deux définitions sont proposées: la définition native de 5120 x 1440 px et une deuxième définition de 3840 x 1080 px qui conserve le même rapport hauteur / largeur. Nous avons essayé quelques jeux et il est clair que pour le moment il est très difficile d’atteindre la fréquence native du panneau. Nous n’avons réussi qu’avec Rallye de terre réduire tous les détails au minimum, ce qui nous a permis d’atteindre une cadence folle de 445 ips en moyenne, mais au prix de sérieux compromis graphiques. Par contre, dans la plupart des jeux en définition et en Ultra, on arrive à atteindre 120 images par seconde, une vitesse déjà très appréciable pour les jeux vidéo. Enfin, la précision qui est importante, la plupart du temps les performances graphiques sont limitées, non pas par la carte graphique, mais par le processeur central. Dans certains jeux, la réduction des paramètres graphiques n’a pas l’impact attendu sur la fréquence d’images. En fait, au lieu d’être chargée à 90 ou 95%, la carte graphique s’épuise souvent à 50% de sa capacité. D’où l’intérêt d’avoir une configuration bien équilibrée; une GeForce RTX 3090 ne sera pas pleinement exploitée avec un processeur milieu de gamme.

Enfin, la compatibilité FreeSync Pro et G-Sync de l’écran assure une fluidité à toute épreuve, aussi bien avec les cartes graphiques AMD Radeon (FreeSync) que Nvidia (G-Sync). En effet, l’écran ajuste dynamiquement le taux de rafraîchissement de l’écran au nombre d’images envoyées depuis la carte graphique en temps réel pour éviter une déchirure d’image lors de la synchronisation, un phénomène appelé déchirure en anglais – et aussi les micro-ralentissements connus sous le nom de bégaiement.

Voici un aperçu des résultats que nous avons vus. Certaines mesures ont été effectuées dans le jeu à la date Fortnite ou PUGB et sont donc difficiles à reproduire, mais donnent quand même une idée des performances attendues avec notre configuration. Nous avons utilisé l’utilitaire FrameView de Nvidia pour avoir une idée de la fréquence d’images moyenne et de la charge du GPU.

READ  PS5 Digital Edition vs Xbox Series S: quelle console abordable est faite pour vous?
  • Simulateur de vol – 3080 x 1080 – Faible – 60 i / s – ≃50% de charge GPU
  • Simulateur de vol – 5120 x 1440 – Ultra – 40 i / s – Charge GPU ≃75%

Un écran polyvalent prêt pour l’avenir

Comme vous pouvez le constater, la puissance actuellement offerte par les PC les plus haut de gamme n’est pas suffisante pour tirer pleinement parti des capacités offertes par cet écran. Il faudra plusieurs mois voire des années pour utiliser ce moniteur en définition native et espérer dépasser les 200 Hz. C’est un bon point pour ce moniteur, qui peut alors espérer durer assez longtemps sans être contraint par les performances du PC. Si on ramène le problème, on peut aussi considérer que ce moniteur en fait un peu trop et qu’on peut facilement se contenter d’un moniteur 34 pouces 144 Hz – comme le Iiyama G-MASTER GB3461WQSU-B1 -, qui offre déjà une certaine immersion et une bonne réactivité tout en étant trois fois moins cher.