L’accord Twitter n’avancera pas sans s’attaquer aux spambots, dit Musk

  • Rechercher des preuves que les robots spammeurs représentent moins de 5 % des utilisateurs
  • Twitter prétend s’engager dans l’accord au prix convenu
  • L’action de Twitter se négocie à 36,31 dollars contre une offre à 54,20 dollars

17 mai (Reuters) – Elon Musk a déclaré mardi que son offre de 44 milliards de dollars ne serait pas acceptée avant que Twitter Inc. (TWTR.N) montre que les robots spammeurs représentent moins de 5 % de ses utilisateurs totaux, quelques heures après avoir suggéré qu’il pourrait rechercher un prix inférieur pour l’entreprise.

« Mon offre était basée sur l’exactitude des déclarations de la SEC de Twitter. Hier, le PDG de Twitter a publiquement refusé de montrer la preuve de <5% (compte de spam). Cet accord ne peut pas continuer tant qu'il ne le fait pas", a-t-il déclaré. tweeter.

Quelques heures plus tard, Twitter a déclaré qu’il s’était engagé à conclure l’accord au prix et aux conditions convenus « le plus rapidement possible ».

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Son action a réduit les pertes dans les échanges avant commercialisation, mais a chuté d’environ 3% à 36,31 dollars, inférieur au prix de la veille avant que Musk ne révèle sa participation sur Twitter, faisant douter que l’entrepreneur milliardaire poursuive son offre de 54,20 dollars par action. .

Twitter a fermé en baisse le 16 mai

Après avoir suspendu son offre la semaine dernière dans l’attente d’informations sur les comptes de spam, Musk a déclaré qu’il soupçonnait qu’ils représentaient au moins 20% des utilisateurs par rapport à l’estimation officielle de Twitter de 5%.

« Vous ne pouvez pas payer le même prix pour quelque chose qui est bien pire que ce qu’ils prétendent », a-t-il déclaré lundi lors de la conférence All-In Summit 2022 à Miami.

Lorsqu’on lui a demandé si l’accord était réalisable à un prix différent, Musk a répondu : « Je veux dire, ce n’est pas hors de question. Plus je pose de questions, plus mes inquiétudes grandissent. »

« Ils prétendent avoir cette méthodologie complexe qu’eux seuls peuvent comprendre… Ça ne peut pas être un mystère profond qui soit, genre, plus complexe que l’âme humaine ou quelque chose comme ça. »

Lundi, le PDG de Twitter, Parag Agrawal, a tweeté que les estimations internes des comptes de spam sur la plate-forme de médias sociaux au cours des quatre derniers trimestres étaient « bien inférieures à 5% », répondant aux critiques de Musk concernant la gestion de faux comptes par l’entreprise.

L’estimation de Twitter, qui est restée la même depuis 2013, n’a pas pu être reproduite en externe étant donné la nécessité d’utiliser à la fois des informations publiques et privées pour déterminer si un compte est un spam, a déclaré Agrawal.

Musk a répondu à la défense de la méthodologie d’Agrawal avec un emoji caca. « Alors, comment les annonceurs savent-ils ce qu’ils obtiennent pour leur argent ? C’est essentiel pour la santé financière de Twitter », a-t-il écrit.

Musk a promis des changements aux pratiques de modération du contenu de Twitter, s’insurgeant contre des décisions telles que l’interdiction par l’ancien président Donald Trump d’être trop agressif alors qu’il s’est engagé à sévir contre les « spam bots ». Lire la suite

Musk a demandé des tests sur des échantillons aléatoires d’utilisateurs de Twitter pour identifier les bots. Il a déclaré: « il est possible que cela représente plus de 90% des utilisateurs actifs quotidiens ».

READ  La banque suisse UBS fait appel du verdict français de blanchiment d'argent

Le nombre total d’utilisateurs de Twitter devrait atteindre près de 600 millions en 2025 et 931 millions dans six ans.

« Considérant que Musk estime qu’au plus 80 % des 229 millions (d’utilisateurs) actuels de Twitter sont humains, il est encore plus difficile de croire que l’entreprise peut atteindre ses objectifs à long terme », a déclaré Brent Thill, analyste chez Jefferies.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Katie Paul et Hyunjoo Jin à San Francisco, Krystal Hu à New York et Nivedita Balu et Shubham Kalia à Bengaluru Montage par Kenneth Li, Matthew Lewis, Bernard Orr, Aditya Soni et Arun Koyyur

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here