La coordination contre le projet de loi «sécurité globale» a demandé une nouvelle mobilisation dans les régions le mercredi 9 décembre, mais n’organisera pas de manifestation à Paris, la sécurité des manifestants n’étant, selon elle, pas garantie.

“Après la manifestation parisienne du 5 décembre, et en raison de la stratégie terre brûlée mise en œuvre par la préfecture de police, la coordination #StopLoiSecuriteGlobale estime que les conditions de sécurité des manifestants ne sont pas garanties et n’organisera aucune mobilisation ce samedi 12 décembre à Paris”, a annoncé dans un communiqué ce collectif, qui regroupe de multiples organisations et syndicats, dont des journalistes. La manifestation parisienne, samedi dernier, il avait été perturbé par de nombreux actes de vandalisme.

Histoire: Le sentiment d’un dialogue impossible après les violences de la manifestation parisienne

Quatre-vingt-quinze personnes ont été arrêtées samedi dans toute la France et 67 membres des forces de sécurité ont été blessés lors d’affrontements avec des manifestants. a annoncé le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, dimanche.

Appel à une mobilisation continue dans les régions

En revanche, en dehors de la capitale, ce même collectif “Invite la coordination locale à continuer de se mobiliser contre cette loi en organisant des rassemblements sur tout le territoire national”.

Le texte sur la “sécurité mondiale” est accusé par ses détracteurs de saper “Liberté de la presse, liberté d’expression et liberté de manifestation”, notamment en raison de son article 24 qui sanctionne la diffusion malveillante d’images de la police, et aussi pour établir “Outils de surveillance de masse”.

Lire aussi Loi “Sécurité mondiale”: le collectif appelle à une mobilisation continue, 67 policiers blessés samedi

Outre le retrait de ces dispositions, la coordination réitère sa demande “A recevoir au plus vite par le président de la République Emmanuel Macron”. Et cela, précise-t-il, “Sans attendre l’hypothétique” Beauvau de la sécurité “”. Pour les critiques de la loi, cet événement qu’Emmanuel Macron a décidé de tenir depuis fin janvier “Cela ressemble à une opération de communication décidée et annoncée en cas d’urgence conjointement par le Président de la République et … par les syndicats de police”.

Lire aussi Des experts de l’ONU appellent la France à revoir sa copie de la loi sur la sécurité mondiale

Le monde avec l’AFP