Le chef de la justice française accusé de conflit d’intérêts

Inséré : Mise à jour:

PARIS (AP) – Vendredi, le ministre français de la Justice a fait l’objet d’allégations préliminaires de conflit d’intérêts, la première fois dans l’histoire de la France moderne qu’un membre du gouvernement reçoit de telles allégations pendant son mandat.

Eric Dupond-Moretti est accusé d’avoir abusé de sa fonction de ministre pour régler des comptes dans des affaires judiciaires concernant son activité d’avocat, avant d’être nommé au gouvernement.

Il nie l’acte répréhensible et dit qu’il ne démissionnera pas. Le président Emmanuel Macron ne devait pas retirer Dupond-Moretti du gouvernement malgré les allégations.

Dupond-Moretti a reçu les charges préliminaires d’un tribunal spécial qui traite les charges contre les ministres du gouvernement. En vertu de la loi française, cette décision signifie que les juges d’instruction ont de bonnes raisons de soupçonner des actes répréhensibles, mais laissent plus de temps pour une enquête plus approfondie.

Peu de temps après sa nomination au gouvernement en 2020, Dupond-Moretti a ouvert des enquêtes administratives contre des magistrats qui enquêtaient sur des affaires judiciaires le concernant. Les syndicats de la magistrature ont déposé une plainte en réponse, ouvrant une enquête sur un éventuel conflit d’intérêts.

Les problèmes de Dupond-Moretti ont provoqué un drame dans les cercles juridiques et politiques français. Ses bureaux au ministère de la Justice ont été perquisitionnés le mois dernier et il a été interrogé pendant des heures vendredi par des juges d’instruction.

Selon les historiens du droit, c’est la première fois sous la Ve République française, instaurée en 1958, qu’un ministre se voit confier des fonctions préliminaires en cours de mandat.

READ  98% d'étudiants satisfaits de Moodle + Poodll en France

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here