Le chef du canal de Suez tente d’apaiser les craintes sur le projet de loi en Égypte

Publié le:

Le Caire (AFP) – Le président du canal de Suez en Égypte a déclaré jeudi que la voie navigable « n’est pas à vendre », dans le but d’apaiser les craintes concernant un projet de loi en discussion au parlement.

Le législateur a approuvé mardi le principe d’un projet de loi proposé par le gouvernement visant à créer un fonds souverain « capable d’exercer toutes les activités économiques et d’investissement » pour l’Autorité du canal de Suez.

Le projet de loi a suscité un large débat sur les réseaux sociaux. Beaucoup craignent que le fonds ne porte atteinte à la souveraineté de l’État sur la voie navigable, qui représente environ 10 % du commerce maritime mondial et est une source vitale de devises étrangères pour l’Égypte économiquement battue.

Le président de l’Autorité du canal de Suez, Oussama Rabie, a déclaré lors d’une conférence de presse jeudi que le canal ne peut pas être « vendu, loué ou emprunté en garantie ».

Il a ajouté que le but du fonds est d’investir dans des méga-projets.

Le projet de loi proposé s’accompagne d’une économie égyptienne aux prises avec une dette extérieure croissante et une chute de la monnaie locale par rapport au dollar.

En octobre, le gouvernement a déclaré que l’Égypte avait conclu un accord de prêt de 3 milliards de dollars avec le Fonds monétaire international sous réserve de la dépréciation de la monnaie et de la réduction des subventions de l’État.

L’économiste Hani Tawfiq a suggéré dans un message sur Facebook que le but du fonds souverain proposé serait probablement « d’échanger la dette publique contre des obligations émises par le ou les fonds adossés aux revenus du canal de Suez ».

READ  Microsoft, F5, Navient et plus

Cependant, Rabie a nié cela lors de sa conférence de presse. Il a déclaré que le but du fonds était d’attirer les investissements étrangers.

Mais le projet de loi a déjà provoqué une colère généralisée parmi les Égyptiens sur les réseaux sociaux, où il a été un sujet très tendance toute la semaine.

L’ancien président du canal de Suez, Mohab Mamish, a déclaré que la nouvelle loi serait « impossible à mettre en œuvre et ouvre la porte à des changements sans précédent… qui permettent aux étrangers de gérer le canal de Suez ».

Les investisseurs étrangers pourraient « changer le système sur lequel la gestion du canal s’est appuyée pendant des années et qui a rapporté des bénéfices records », a déclaré Mamish dans un communiqué publié par les médias locaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here