Le Conseil d’Etat a largement ratifié dimanche les arrêtés préfectoraux imposant l’usage généralisé des masques à Strasbourg, dans 12 autres villes du Bas-Rhin, ainsi qu’à Lyon et Villeurbanne, selon des arrêtés envoyés à la presse.

En première instance, justice administrative, saisie par deux médecins hospitaliers alsaciens et l’association lyonnaise “Les essentialistes d’Auvergne-Rhône-Alpes“Il a ordonné jeudi à la préfecture du Bas Rhin et à la préfecture du Rhône vendredi de publier un nouveau décret pour limiter l’obligation de porter un masque aux lieux et aux heures particulièrement fréquentés.

Saisi en appel par le ministre de la Santé Olivier Véran, le juge des référés du Conseil d’Etat estime dimanche qu’il l’est “Il est justifié que l’utilisation d’un masque soit imposée dans des périmètres suffisamment larges pour inclure systématiquement les zones à risques (…) afin que cette obligation soit cohérente et facile à appliquer pour les citoyens“. “Cependant, ces périmètres étendus doivent être délimités – et justifiés – par l’existence de plusieurs zones à haut risque de contamination.», Précise en outre l’institution dans un communiqué de presse.

Dès lors, le juge de référé a demandé au préfet du Bas-Rhin de limiter cette obligation au centre-ville dans certaines communes moins denses et au préfet du Rhône d’exclure de cette contrainte les personnes qui pratiquent des activités physiques ou sportives.

La volonté du gouvernement de “normes»Portez systématiquement un masque

Pour le Conseil d’Etat, “la simplicité et la lisibilité d’une obligation, comme celle de porter un masque, sont nécessaires à sa bonne connaissance et à sa bonne application par les habitants“Même si c’est nécessaire”prendre en compte la contrainte“Représenté par celui-ci portant le masque. De même, le Conseil d’Etat a rejeté l’idée d’une obligation applicable uniquement à certains moments:”les horaires peuvent être définis de manière uniforme pour une commune entière ou même pour un département entier” si nécessaire. “Les préfets du Rhône et du Bas-Rhin doivent modifier leurs arrêtés d’ici le mardi 8 septembre», Ordonnez le Conseil d’État.

READ  Alexandre Benalla hospitalisé à Paris

Lors de l’audience, dimanche à 11 heures, le représentant de l’Etat, Charles Touboul, directeur des affaires juridiques au ministère de la Santé, s’est prononcé en faveur de “norme compréhensible et compréhensible pour tous“. L’avocat des médecins hospitaliers alsaciens et de l’association lyonnaise, Me Régis Froger, lui a demandé que la justice administrative trouve le”Terre du Milieu“Pendant que le masque est sorti”c’est beaucoup moins impératif que dans un environnement fermé“.