Le réalisateur Phil Comeau se dit surpris de voir à quel point les descendants des colons acadiens sont liés à leur patrimoine, peu importe où ils vivent sur cette terre.

“Je suis toujours étonné de voir comment les gens de la diaspora … peuvent encore se sentir intégrés à une culture même si nous sommes séparés depuis 250 ans”, a déclaré Comeau dans une récente interview.

Son documentaire de 2019 «Belle-Ile en Acadie» suit un pèlerinage des Acadiens de Belle-Ile-en-Mer en Bretagne, en France, aux provinces maritimes pour le Congrès mondial acadien, un festival de la culture acadienne qui se tient tous les cinq ans.

Comeau, un Acadien né en Nouvelle-Écosse, a déclaré vouloir explorer les thèmes du patrimoine et de l’appartenance dans son plus récent documentaire, en association avec son précédent film sur un rassemblement acadien en France.

«Belle-Ile en Acadie» s’ouvre sur une image d’une carte de l’est du Canada superposée à un texte décrivant l’expulsion des Acadiens en 1755 de l’Acadie, l’ancienne colonie de la Nouvelle-France qui couvre des parties de ce qui est maintenant la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard.

L’histoire continue sous la publicité

En savoir plus:

Des cinéastes noirs se préparent à briller au Halifax Black Film Festival

Plus de 1 100 personnes ont été expulsées de force de leurs terres et déportées vers l’État de Virginie par les Britanniques. Après s’être vu refuser l’entrée, ils ont été envoyés dans des camps de détention en Angleterre, où ils sont restés jusqu’en 1763 et ont été libérés avec la signature du traité de Paris, après la fin de la guerre de sept ans entre la France et la Grande-Bretagne.

Près de la moitié des survivants de cette infâme déportation ont déménagé à Belle-Ile-en-Mer. D’autres, cependant, sont retournés en Amérique du Nord, se réinstallant à divers endroits du continent, y compris dans les Maritimes.

READ  Netflix a conquis la télévision. Maintenant ça vient pour ton téléphone

Comeau a déclaré que les thèmes du film vont bien au-delà de l’Amérique du Nord et de la France. “Je voulais explorer comment les gens réagissent à l’exil … comment les gens vivaient en exil même des générations plus tard, car il y a actuellement 70 millions de réfugiés dans le monde.”

Au cours du documentaire de 26 minutes, Comeau suit le groupe alors qu’ils visitent ce qu’il appelle leurs «terres ancestrales» à travers la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard. beaucoup d’entre eux n’avaient jamais mis les pieds dans la région.

En savoir plus:

Jackie Vautour, défenseur contre l’expropriation des terres à Kouchibouguac, est décédée

Le film met en vedette Claude Boudreau, directeur de la tournée des Voyages DiasporAcadie, qui organise des voyages vers des destinations d’importance historique pour la diaspora acadienne.

L’histoire continue sous la publicité

«Venir ici vous fait faire le point sur ce qui s’est réellement passé ici … la déportation qui nous a lancés à travers les quatre vents», dit Boudreau, qui vit à Moncton, dans le documentaire.

Dans une récente entrevue avec La Presse canadienne, Boudreau dit que malgré la distance, la force de connexion entre les descendants acadiens contribue à combler cet écart au fil du temps.

Il dit qu’il se sent particulièrement proche des Acadiens de France parce que ses ancêtres faisaient partie de ceux qui étaient détenus dans des camps de prisonniers anglais et qui sont finalement retournés en Nouvelle-Écosse.

READ  Laeticia Hallyday présente ses condoléances et réconforte Gad Elmaleh en deuil ...

«Lorsque nous nous réunissons, dans une demi-heure, nous trouvons une connexion quelque part», a déclaré Boudreau à propos de sa rencontre avec des Acadiens du monde entier. “La fierté dans leurs yeux a été le point culminant de ma carrière.”


Cliquez pour lire la vidéo



Le réalisateur local présente un nouveau court métrage au Halifax Black Film Festival


Le réalisateur local présente un nouveau court métrage au Halifax Black Film Festival – 24 février 2021

Une autre guide touristique présentée dans le film, Susan Surette-Draper, dit qu’il était gratifiant d’avoir emmené le groupe visiter des endroits de la Nouvelle-Écosse liés à l’histoire des Acadiens.

L’histoire continue sous la publicité

Il a déclaré dans une récente interview que les Acadiens de France étaient les visiteurs les plus avertis qu’il ait jamais reçus, ajoutant qu’ils étaient ravis d’absorber tout ce qu’il y avait à savoir sur leur passé.

“Pour moi, expliquer, montrer, accompagner les gens est toujours intéressant, toujours humiliant et toujours un privilège de pouvoir le faire”, a-t-il déclaré.

Boudreau a qualifié le film de «témoignage» – un témoignage d’espoir pour d’autres personnes du monde entier qui se retrouvent aussi déplacées que les Acadiens l’étaient lors de la déportation, connue depuis sous le nom de Grande Révolte.

Surette-Draper a fait écho à la déclaration de Boudreau, affirmant que l’histoire des Acadiens est celle qui résonne avec une variété de cultures.

«Les visiteurs qui venaient et qui avaient des antécédents qui n’avaient absolument rien à voir avec les Acadiens trouveraient des morceaux de cette histoire dans leur propre histoire familiale, que ce soit les Highlands écossais ou les Noirs, les autochtones, chacun avait une sorte de lien dans votre histoire familiale… à cette histoire », a-t-il dit.

READ  UW-Stout Student Films fait partie du festival virtuel ...

“Belle-Ile en Acadie” se termine alors que le groupe marche le long d’une plage humide au pied de certaines falaises du cap Enragé, N.-B. Un membre parle de passer le flambeau à sa petite-fille, qui l’accompagne dans le voyage, pour garantir aux générations futures descendants Les Acadiens continuent de maintenir leur lien avec les Acadiens des siècles passés.

L’histoire continue sous la publicité

En savoir plus:

Le film de Terre-Neuve-et-Labrador “Little Orphans” remporte le premier prix à Whistler

Chris d’Entremont, député de West Nova et Acadian, a déclaré que les documentaires comme celui de Comeau sont importants parce qu’ils préservent l’héritage de la culture pour les générations futures.

“Cette culture, cette langue, ces communautés existent depuis environ 400 ans et nous savons qu’au fur et à mesure que le monde évoluera, nous finirons par perdre une partie de ce que nous sommes”, a déclaré d’Entremont dans une récente interview.

Et pour ceux qui ont participé au documentaire, faire partie du voyage a servi de rappel réconfortant de leur histoire commune.

«Partout où nous sommes allés, nous nous sommes sentis comme chez nous», raconte Hélène Jugeau, l’une des voyageurs figurant dans le documentaire, dans le film. “Parce que nous savons que c’est de là que nous venons et que nous sommes de retour à la maison.”

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 6 mars 2021.

© 2021 La Presse canadienne