Le français au Québec: des groupes d’affaires inquiets des coûts de la nouvelle loi linguistique

Contenu de l’article

Engagé pour la cause, inquiet des coûts.

Plusieurs groupes d’entreprises québécois ont déclaré jeudi que s’ils sont entièrement d’accord avec l’idée que le français doit être défendu, les nouvelles obligations créées par le renouvellement par le gouvernement de la loi 101 rendront probablement la gestion d’une entreprise plus complexe et plus coûteuse dans la province, du moins dans un premier temps.

Projet de loi 96 Il divise par deux le temps dont disposent les employeurs québécois pour démontrer leur conformité à la réglementation linguistique, tout en incluant de nouvelles obligations d’embauche et de postes vacants, ce qui augmentera la pression sur les entrepreneurs déjà réduits par la pandémie de 14 mois. Par exemple, les employeurs devront prendre «tous les moyens raisonnables» avant d’exiger de leurs employés qu’ils maîtrisent une langue autre que le français afin d’obtenir ou de conserver un poste.

« Préserver la langue française doit être une priorité, bien sûr, mais nous sommes préoccupés par la bureaucratie supplémentaire », a déclaré jeudi François Vincent, vice-président du Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. «Le coût de ce type de mesure est inversement proportionnel à la taille d’une entreprise. Plus vous êtes petit, plus la conformité devient coûteuse. « 

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été téléversée, mais votre message continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Contrairement à la loi 101, qui exemptait les entreprises de moins de 50 employés, la nouvelle loi s’appliquera aux entreprises d’au moins 25 employés. Le Québec affirme qu’une période de grâce de trois ans permettra une transition en douceur, ajoutant que le Bureau des Québécois de la langue française recevra «les moyens nécessaires» pour fournir le soutien requis par les employeurs.

READ  Le PDG d'Airbus exhorte le cessez-le-feu de la guerre commerciale, assouplissant les interdictions de voyager COVID

Contenu de l’article

«C’est un autre niveau de complexité», Véronique Proulx, directrice générale des Manufacturiers et Exportateurs du Québec, qui représente environ 1 100 manufacturiers. « Pour une petite entreprise, cela signifie que le PDG pourra passer moins de temps à gérer son entreprise. »

Bien que consolider le statut du français comme langue officielle du Québec soit «la bonne chose à faire, nous sommes particulièrement préoccupés par l’impact des nouvelles exigences administratives sur les petites entreprises», a déclaré Michel Leblanc, chef de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. dans une interview. « Le gouvernement nous assure que les exigences ne prendront plus de temps, mais tant que nous ne verrons pas les détails, nous ne pouvons pas être sûrs. »

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été téléversée, mais votre message continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le projet de loi 96 crée une nouvelle unité au sein du ministère de l’Immigration, appelée Francisation Québec, qui aura pour mission d’offrir des cours de français aux personnes «incapables d’utiliser la langue commune» de la province.

Seules les entreprises inscrites et en règle auprès de l’Office des Québécois de la langue française et celles qui auront accepté «l’invitation» de Francisation Québec à utiliser ses services pourront soumissionner sur les marchés du gouvernement provincial.

La loi 96 donne également aux employeurs moins de temps pour démontrer leur conformité aux réglementations linguistiques. Les entreprises qui doivent développer un programme de conformité auront trois mois pour le partager avec l’OQLF, au lieu de six mois maintenant.

READ  L'Écosse testera la semaine de travail de quatre jours en tant que dernière nation à tenter le changement

La création de Francisation Québec – et son émergence possible comme guichet unique pour les questions d’immigration – a reçu les éloges du Conseil du patronat du Québec, le plus important groupe de lobby des entreprises de la province, ainsi que de la FCEI et de la Chambre de commerce de la Métro de Montréal.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été téléversée, mais votre message continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Moins populaire était la position du gouvernement sur la maîtrise de l’anglais.

Le projet de loi 96 oblige tout employeur qui exigerait la maîtrise d’une langue autre que le français pour un poste de le démontrer en évaluant les besoins linguistiques réels associés aux tâches à accomplir; veiller à ce que les compétences linguistiques déjà requises des autres membres du personnel soient insuffisantes pour l’accomplissement de ces tâches; et de limiter autant que possible le nombre de postes exigeant de telles compétences linguistiques.

Tout travailleur qui estime avoir été privé du droit fondamental de travailler en français peut saisir les tribunaux pour mettre fin à l’infraction.

La revendication du bilinguisme «demeure nécessaire dans certains postes», a déclaré Charles Milliard, chef de la Fédération des chambres de commerce du Québec, dans un communiqué. La maîtrise d’une langue seconde, notamment l’anglais, demeure une force économique importante pour la société québécoise. La promotion du français dans les affaires doit se faire en complément de l’expansion commerciale, et non au détriment de celle-ci. « 

En raison de la loi 96, « la grande préoccupation dans le milieu des affaires est que les entreprises seront placées dans une sorte de carcan », a déclaré Leblanc. «Nous ne voulons pas voir un univers kafkaïen dans lequel tout doit être justifié, dans lequel chaque décision peut être remise en cause».

READ  Michel Barnier sous les projecteurs des élections françaises alors que le virage à droite porte ses fruits | Michel Barnier

[email protected]

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail – vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur suit des commentaires. Visitez notre Règles de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster le vôtre e-mail Les paramètres.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here