Le Français Le Maire dit que l’accord fiscal est « difficile », mais il réessayera

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il essaierait d’amener les nations sceptiques à s’entendre sur un accord sur l’impôt sur les sociétés lors d’une réunion à Luxembourg vendredi, mais a reconnu qu’il était « très difficile » de parvenir à un accord. Un accord avec l’UE était attendu vendredi après que la Pologne a renoncé à son opposition à la mise en place d’un impôt minimum sur les sociétés de 15% pour les grandes multinationales, ont déclaré des responsables, mais la Hongrie est apparue comme un obstacle à la « dernière minute ».

Les pourparlers de l’UE visent à transformer en loi une réforme globale de la fiscalité des entreprises, convenue en octobre dernier par près de 140 pays. Le Maire a fait de l’accord fiscal un objectif clé du semestre de la présidence française de l’UE, qui se terminera dans deux semaines, mais a reconnu que des obstacles politiques étaient apparus.

« Nous espérons toujours parvenir à un accord aujourd’hui, mais c’est très difficile », a déclaré Le Maire aux journalistes avant la réunion des ministres des Finances. Il a refusé de commenter directement la position de la Hongrie, mais a souligné que tous les problèmes techniques ont depuis longtemps été résolus, ce qui implique que l’impasse a été causée par des raisons politiques.

La Pologne et la Hongrie sont en désaccord avec la Commission européenne, qui a suspendu la réception des fonds de récupération du COVID-19 pour des questions sur leur position sur l’État de droit et d’autres valeurs de l’UE. Début juin, la Commission a approuvé des paiements à la Pologne, tandis que les fonds de relance de l’UE pour la Hongrie restent gelés.

READ  Le groupe de restauration Sodexo vise une hausse des bénéfices lors de la réouverture des écoles

La révision a fixé un impôt minimum global sur les sociétés de 15 % pour les grandes multinationales et a accordé à d’autres pays une plus grande part du prélèvement fiscal sur les revenus des grands groupes numériques américains tels qu’Apple Inc et Google d’Alphabet Inc. La réforme devait initialement être appliquée en 2023, mais sa mise en œuvre est désormais reportée à 2024.

L’administration Biden a également du mal à adopter une législation mettant en œuvre l’accord fiscal minimum mondial.

(Cette histoire n’a pas été éditée par l’équipe de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here