Le garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti, dans le collimateur d’une enquête pour “intérêt illégal”

L’ambiance peut être fraîche, lundi 11 janvier, vers 16 heures, entre le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, et le procureur général de la Cour de cassation, François Molins, lorsque ce dernier l’accueillera pour l’audience solennelle d’ouverture. an.

Vendredi 8 janvier, en fin d’après-midi, le procureur près la Cour de justice de la République (CJR), dirigé par l’ancien procureur de la République de Paris, François Molins, a indiqué dans un communiqué queil s’apprêtait à ouvrir une enquête judiciaire contre le garde des sceaux pour intérêt illégal.

Une définition d’un crime “Le fait, par une personne qui détient une autorité publique (…) prendre, recevoir ou retenir, directement ou indirectement, tout intérêt dans une société ou dans une transaction dont il est, au moment de l’acte, en tout ou en partie, chargé d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement ‘et passible de cinq ans de prison.

Article réservé à nos membres Lire aussi Eric Dupond-Moretti face à l’épreuve du conflit d’intérêts

Cette évolution judiciaire, logique suite à l’avis favorable exprimé par la commission des requêtes du CJR, juridiction compétente pour juger les crimes ou délits commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leur fonction, dont le président de la République Emmanuel Macron avait promis l’expulsion, vient après avoir déposé plusieurs plaintes auprès du CJR.

«Le moment venu, laissez-moi vous expliquer»

Sans précédent, les deux principaux syndicats de magistrats, l’Union Syndicale des Magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM), avaient déposé une plainte conjointe devant la Commission des plaintes de la CJR le 16 décembre 2020 contre Eric Dupond-Moretti pour dénoncer deux décisions qu’il avait prises en tant que ministre mais derrière lesquelles il avait vu la main de l’avocat.

READ  Australie: suppression du régime OBU et nouveau processus d'arbitrage avec la Belgique

Le 18 septembre, sur la base d’un rapport de l’Inspection générale de la justice qui n’avait rien trouvé d’illégal, l’actuel Gardien des sceaux a demandé l’ouverture d’une enquête administrative contre trois juges du Parquet national financier. (PNF) qui avait été en charge des enquêtes préliminaires ouvertes en 2014 pour tenter de savoir qui avait informé Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, que le téléphone portable acheté sous le faux nom Paul Bismuth par l’ancien chef de l’Etat avait été intercepté . Enquête au cours de laquelle Eric Dupond-Moretti, entre autres avocats, avait vu ses factures de téléphone épluchées avant de déposer une plainte qu’il retirera après sa nomination à la place Vendôme.

Vous avez 58,36% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here