Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte arrive à vélo devant le Conseil des ministres au Binnenhof à La Haye.

REMKO DE WAAL | AFP | Getty Images

LONDRES – L’ensemble du gouvernement néerlandais a démissionné collectivement vendredi après un scandale impliquant une mauvaise gestion des fonds de garde d’enfants, qui a laissé des milliers de familles en détresse financière.

Une enquête a révélé en décembre que les autorités fiscales avaient injustement accusé des milliers de familles de travailleurs de fraude et leur avaient ordonné de rembourser les allocations de garde d’enfants entre 2013 et 2019. L’événement a été décrit comme une «injustice sans précédent» de la part de certains législateurs néerlandais.

Cette révélation a conduit à la démission du chef de l’opposition Lodewijk Asscher, ministre en charge des affaires sociales dans le gouvernement précédent, jeudi.

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Mark Rutte, au pouvoir depuis 2017, a décidé vendredi de prendre ses responsabilités et de quitter collectivement ses fonctions à la suite du scandale.

Rutte, s’exprimant lors d’une conférence de presse, a déclaré qu’il continuerait à diriger la réponse à l’urgence de Covid-19 avec le statut de gardien.

Réponse Covid

Les Pays-Bas étaient déjà censés organiser de nouvelles élections législatives en mars, mais la démission du gouvernement intervient à un moment difficile. Le pays est verrouillé à l’échelle nationale et a enregistré près d’un million d’infections à Covid-19 et 12 875 décès depuis le début de l’urgence sanitaire, selon l’Université Johns Hopkins. Les Pays-Bas doivent également préparer un plan sur la façon de relancer l’économie post-pandémique.

Rutte avait précédemment déclaré que la démission du gouvernement ne serait pas utile pour le moment car la nation a besoin de stabilité pour faire face à la pandémie, a rapporté Politico. Cependant, ce n’est pas la première fois qu’une administration néerlandaise se retire collectivement pour faire preuve de responsabilité partagée.

Les familles impliquées dans cette affaire ont porté plainte contre cinq politiciens cette semaine, dont l’actuel ministre des Finances, Wopke Hoekstra.

Compte tenu de la proximité des élections générales, les ministres pourraient finir par rester dans leurs rôles jusqu’à ce que les électeurs se rendent aux urnes.

READ  Daphné Caruana Galizia, soupçonné de meurtre, plaide coupable