Le controversé Health Data Hub, plateforme qui centralise les données de santé françaises à des fins de recherche médicale, restera-t-il hébergé par l’américain Microsoft? Alors qu’une seconde demande contestant cette situation est examinée par le Conseil d’Etat, Cédric O, le secrétaire d’Etat au numérique, a déclaré jeudi 8 octobre que le gouvernement souhaitait rapatrier la plateforme.

“Nous travaillons avec [le ministre de la santé] Olivier Véran, après le grondement de l’annulation du Privacy Shield, au transfert du Health Data Hub vers les plateformes françaises ou européennes “, a déclaré Cédric O, entendu par les sénateurs. “Nous aurons des discussions sur ce sujet avec nos partenaires allemands”, Il ajouta.

En juillet, la Cour européenne de justice a invalidé l’accord “Privacy Shield”, la base juridique des transferts de données entre l’Union européenne et les États-Unis. C’est sur cet accord que Microsoft, à l’instar de 5 000 entreprises américaines, s’est appuyée sur le transfert de certaines données vers ses serveurs outre-Atlantique.

Article réservé à nos membres Lire aussi Données de santé: la plateforme de la discorde

Une décision du Conseil d’État est attendue

Cette décision a permis à un groupe de 18 organisations et personnalités – dont le Conseil national du logiciel libre, l’Union nationale des journalistes ou l’Union des médecins généralistes – de relancer leur demande de suspension de traitement devant le Conseil d’État. et centralisation des données au sein du Health Data Hub.

Après un premier rejet de la procédure fin septembre, les requérants ont présenté une nouvelle demande de référé. Une audience a eu lieu jeudi et une décision est attendue ” prochaine semaine “, a annoncé le Conseil d’État à l’Agence France-Presse.

READ  Lidl frappe fort! La montre connectée à prix cadeau, Apple en ébullition!

Cédric O avait déjà jugé “Ordinaire” en juin c’est-à-dire, “Dans les prochains mois”, un appel d’offres pour l’hébergement de cette plateforme, afin de permettre aux acteurs européens de se positionner.

Lire aussi Données de santé: le Conseil d’État rejette un nouvel appel contre le Health Data Hub

Faciliter le travail de recherche

Cette plateforme française de données de santé, ou Health Data Hub, a pour objectif de permettre à des scientifiques sélectionnés d’accéder à des montagnes de données médicales, de manière anonyme, pour la recherche. Ces données sont actuellement réparties dans diverses organisations – sécurité sociale, hôpitaux, etc. – obliger les chercheurs à prendre davantage de mesures pour les obtenir.

Début 2019, le gouvernement a choisi avec la plus grande discrétion de confier l’hébergement de ces données extrêmement sensibles à Microsoft Azure, la branche de services en ligne («cloud») du géant américain. Lors de la création de ce projet, la volonté du gouvernement était “Pour commencer très rapidement” et Microsoft était alors “Le seul capable de répondre aux prérequis au moment de la consultation”, il a justifié.

Ce choix est contesté par de nombreux experts et professionnels, qui jugent dangereux de confier ces données à Microsoft: le groupe est en effet soumis au «Cloud act», une loi américaine qui dans certains cas oblige les hébergeurs américains à fournir des données. aux autorités, même si elles sont hébergées à l’étranger.

Article réservé à nos membres Lire aussi Données de santé: le controversé Health Data Hub confirmé par le Conseil d’État

Le monde