Le juge français va enquêter sur l’unité Vinci sur les droits du travail au Qatar, selon le groupe

PARIS, 9 novembre (Reuters) – Un juge français a placé Vinci Construction Grands Projets, une unité du groupe français de construction Vinci (SGEF.PA)fait l’objet d’une enquête officielle sur des allégations de violation des droits des travailleurs migrants au Qatar, a déclaré mercredi le groupe de défense des droits humains Sherpa.

Vinci a déclaré par l’intermédiaire de son avocat Jean-Pierre Versini-Campinchi qu’il ferait immédiatement appel de la décision du juge.

La société, qui n’était pas disponible dans l’immédiat pour commenter, a déclaré lundi dans un communiqué qu’il était « extrêmement regrettable » que, alors que la procédure avait débuté il y a sept ans, sa filiale soit inculpée peu avant le début de la Coupe du monde de football en Qatar.

Reuters a demandé au tribunal où se trouvait le juge pour commenter, mais on lui a répondu qu’il n’était pas en mesure de commenter dans l’immédiat.

« Le juge envoie un signal fort, car c’est la première fois qu’une entreprise est accusée sur cette base pour l’une quelconque des activités de ses filiales à l’étranger », a déclaré à Reuters Sandra Cossart, responsable de Sherpa France, basée à Paris.

La décision du tribunal français fait suite à une première plainte déposée en 2015 par Sherpa, qui a été rejetée en janvier 2018.

Sherpa et le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), ont déposé une autre plainte en mars 2019 avec 11 personnes qui travaillaient pour Qatari Diar Vinci Construction (QDVC), la branche qatarienne de Vinci, dont l’entreprise française détient une part de 49% .

Dans la plainte de 2019, des ONG et d’anciens travailleurs ont déclaré que l’entreprise obligeait les travailleurs migrants à travailler 11 heures par jour six jours par semaine, plus longtemps que ne l’autorise la loi qatarienne, dans des conditions désastreuses et à haut risque pour leur santé personnelle, pour des salaires équivalents à 2% du salaire moyen du Qatar.

READ  EXCLUSIVE SoftBank en pourparlers pour vendre l'activité robotique française à l'allemand United Robotics

Sherpa a déclaré que l’unité Vinci est accusée de « maintenir des personnes en servitude », de « travail et de logement incompatibles avec la dignité humaine » et de « travail forcé ».

Reportage de Juliette Jabkhiro ; Montage par Bernadette Baum et Alexander Smith

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here