Gerald Darmanin, 8 septembre 2020. – UGO AMEZ / SIPA

“Projet de loi qui renforce la laïcité et les principes républicains” : ce sera maintenant le nouveau nom
du projet de loi visait à lutter contre le séparatismeLe ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé mardi sur Radio Classique.

“L’idée était de lutter contre le principal séparatisme qu’est l’islam radical”, mais ” ce n’est pas le seul objet du texte adressé à tous les cultes, contre tous les mouvements sectaires, il impose la neutralité politique et religieuse », a justifié le ministre de l’Intérieur.

La loi de 1905 ne sera pas modifiée

Gérald Darmanin a souligné que les deux premiers articles de la loi de 1905, fondement de la laïcité en France, ne seraient pas modifiés. En revanche, “en marge, nous renforcerons les dispositions de la loi de 1905”, a-t-il poursuivi.

Le ministre a cité en exemple “l’interdiction de faire de la politique dans les lieux de culte”, prévue par la loi de 1905. Mais, a-t-il dit, cette interdiction ne s’accompagne pas de sanctions. dans le texte actuel. Le projet prévoit donc dans ce cas des «sanctions administratives» et des pénalités.

Adhésion aux “valeurs de la République”

Le ministre a également souligné que les chefs d’associations religieuses seront tenus d’avoir un casier judiciaire exempt de toute condamnation pour “radicalisation, complicité terroriste ou pardon au terrorisme”. Plus généralement les associations qui reçoivent des subventions ou des prêts pour l’équipement, il leur sera demandé “dès le premier centime d’euro” d’adhérer aux “valeurs de la République”, a ajouté Gérald Darmanin.

Le ministre, qui a reçu les représentants des sectes à la fin de la semaine dernièreIl a commencé à recevoir ceux des partis politiques lundi. Le projet de loi devrait être examiné par le Conseil des ministres le 9 décembre.

READ  Macron à Bagdad pour soutenir la «souveraineté» de l'Irak