Stéphane Richard, PDG d’Orange. – Guillaume MIRAND

Une arrivée qui fait du bruit. Prévu pour avril mais reporté en raison de coronavirus, le début de la principale vente aux enchères d’attribution
Fréquences 5G débutera le 29 septembre. Si le futur réseau doit permettre le développement de nouveaux usages, il fait face à l’hostilité d’une partie du public et des élus locaux ou des ONG, qui invoquent des risques sanitaires ou
environnement.

Au fait, Orange numéro un, Stéphane Richard, a indiqué à France Inter ce samedi que son groupe va accélérer le recyclage des
téléphone intelligent lors du passage à la 5G, afin de réduire l’empreinte énergétique numérique. «Nous avons installé des points de collecte séparés dans l’ensemble des 600 magasins Orange et nous comptons profiter de l’arrivée de la 5G, qui conduira à un certain renouvellement progressif des terminaux (smartphones, ndlr) (…), pour accroître très forte ambition en matière de recyclage» . “Si, idéalement, nous pouvions recycler au moins un terminal sur deux voire trois terminaux sur quatre au moment du passage à la 5G, le budget s’en trouverait évidemment nettement amélioré”, a-t-il ajouté.

“Aucun outil à régler”

Également interviewé par France Inter, Sébastien Soriano, président de Arcep, le régulateur des télécommunications, a déclaré qu’il était “impuissant” à réguler l’empreinte environnementale de la 5G. “Nous n’avons pas d’outil qui nous permette de réglementer, mettre en place des sauvegardes, des contraintes, pour s’assurer qu’il y a un contrôle environnemental dans la 5G”, a-t-il déclaré. «Aujourd’hui, environ 80% de l’empreinte écologique numérique, selon un récent rapport du Sénat, se trouve dans les terminaux», a-t-il déclaré. “La priorité absolue est de mieux réglementer la manière dont les smartphones sont fournis aux clients, comment ils sont encouragés à reconditionner leurs smartphones, à la fois par des pratiques commerciales qui accordent des remises, et par l’obsolescence. Logiciel”, a-t-il ajouté.

“Il y en aobsolescence planifiée ? Nous le savons tous très bien », a répondu Stéphane Richard, assurant qu’Orange tente de s’en occuper« avec nos moyens, c’est-à-dire le recyclage ».

READ  Trump arrête les négociations sur le nouveau plan de soutien à l'économie