“Le Conseil des ministres est convoqué pour demain matin à 9 heures, au cours duquel le Premier ministre, Giuseppe Conte, communiquera aux ministres sa volonté de se rendre au (palais présidentiel) et de démissionner”, lit-on dans le communiqué. Il verra ensuite le président Sergio Mattarella, a-t-il ajouté.

La démission est un geste calculé qui pourrait finalement lui offrir une autre chance de former un gouvernement.

Conte a survécu à deux votes de confiance au Parlement la semaine dernière. Mais il a perdu la majorité au Sénat après que son prédécesseur, Matteo Renzi, ait décidé de retirer le petit parti Italia Viva de la coalition au pouvoir de Conte en raison des frustrations liées à la gestion par le gouvernement de la pandémie de Covid-19 et de la récession économique qui en a résulté.

Le président Mattarella peut décider d’accepter ou non la démission de Conte et l’invitera probablement à essayer de construire une nouvelle majorité gouvernementale. Si Conte reçoit le mandat de former une nouvelle majorité, il devrait ajouter cinq autres sénateurs à sa coalition actuelle.

La coalition de Conte, qui s’est formée en 2019, est dirigée par le Parti démocratique de centre-gauche (PD) et le Mouvement cinq étoiles anti-établissement (M5S). Malgré d’énormes différences politiques, l’alliance inhabituelle a empêché des élections anticipées qui auraient pu favoriser le parti d’extrême droite de la Ligue.

Conte a bénéficié de taux d’approbation élevés après que l’Italie a imposé le premier blocus en Europe au printemps dernier, en réponse au nombre vertigineux de cas et de décès de Covid-19. Malgré n’ayant aucune affiliation politique ou parti derrière lui, reste le politicien le plus populaire d’Italie avec un taux d’approbation de plus de 50%, Rapports de Reuters.