Le président chilien enquête après la fuite des Pandora Papers

Publié le:

Santiago (AFP)

Vendredi, le procureur chilien a ouvert une enquête sur le président Sebastian Pinera pour la vente d’une société minière par l’intermédiaire d’une société détenue par ses enfants, qui figurait dans les fuites de Pandora Papers.

Le procureur général Jorge Abbott a ouvert l’enquête après que les Pandora Papers ont révélé la vente de la société minière Dominga par une société « liée à la famille du président Pinera », a déclaré Marta Herrera, chef de l’unité anti-corruption au bureau du procureur.

Pinera s’est opposé à cette décision, affirmant qu’il avait déjà été acquitté de toute faute dans une enquête de 2017.

« Je suis convaincu que les tribunaux, comme ils l’ont déjà fait, confirmeront qu’il n’y a eu aucune irrégularité et aussi mon innocence totale », a déclaré Pinera.

La vente de la mine à l’un des amis les plus proches de Pinera remonte à 2010, lors du précédent mandat présidentiel.

« En tant que président du Chili, je n’ai jamais, jamais mené d’action ou de gestion liée à Dominga Mining », a ajouté Pinera, qui n’a pas répondu aux questions des journalistes.

Herrera a déclaré que le bureau du procureur avait pris la décision d’enquêter en raison de la possibilité que l’accord impliquait « de la corruption, d’éventuels délits fiscaux, des questions qui feront toutes l’objet d’une enquête ».

L’affaire devrait être dirigée par le procureur de la région de Valparaiso, au nord de la capitale Santiago.

Herrera a déclaré que les condamnations pour corruption sont passibles d’une peine de cinq ans de prison.

Selon une enquête menée par deux médias locaux, CIPER et LaBot, qui font partie du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qui a produit les soi-disant Pandora Papers, Dominga a été vendue à l’entrepreneur Carlos Alberto Delano, un ami de Pinera, pour 152 millions de dollars dans un deal passé dans les îles Vierges britanniques, paradis fiscal bien connu.

READ  Belgique v République d'Irlande, match amical international · The42

L’enquête a révélé que le paiement devait être échelonné en trois versements avec une clause stipulant que le dernier versement dépendait de « ne pas établir de zone de protection de l’environnement dans la zone d’exploitation de la société minière, comme le demandent les écologistes ».

Selon l’enquête, le gouvernement Pinera n’a pas créé de zone protégée autour du site de la mine en question.

– « Connaissances publiques » –

Lundi, Pinera a nié qu’il y ait eu un quelconque conflit d’intérêts dans la vente de la mine.

Il a insisté sur le fait qu’il ne savait rien de l’accord, car lors de sa première présidence de 2010 à 2014, il a affirmé avoir confié l’administration de ses actifs à des fiducies aveugles.

« La décision de l’administration de ces actifs de vendre la mine Dominga en 2010, dont je n’ai pas été informé, était justement pour éviter toute trace de conflit d’intérêts », a déclaré le conservateur Pinera, un milliardaire de 71 ans.

Il a déclaré que les informations contenues dans les Pandora Papers « n’étaient pas nouvelles » et étaient dans le domaine public depuis 2017.

« Cela a également fait l’objet d’une enquête du ministère public et a été résolu par les tribunaux », a-t-il ajouté.

Cependant, Herrera a déclaré vendredi que la vente de la mine de Dominga n’était en réalité pas « expressément incluse » dans le dossier déposé en 2017.

Dominga possède deux mines à ciel ouvert dans le désert d’Atacama, à 500 kilomètres au nord de Santiago, qui n’ont pas encore été exploitées.

Un projet minier à cet effet a été approuvé par un tribunal régional, mais n’a pas encore été ratifié par la Cour suprême en raison d’appels.

READ  J'ai passé les deux dernières semaines à naviguer de la Hollande à la France, à visiter les villes fantômes du port

Le projet consistait à construire un port de fret à proximité d’un archipel qui abrite une réserve de parc national où vivent des espèces protégées, dont 80 % de la population mondiale de manchots de Humboldt.

Lors de sa première présidence, Pinera a annoncé l’annulation de la construction d’une centrale thermoélectrique à proximité de la mine de Dominga, mais n’a plus pris de mesures pour protéger la zone.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here