Le samedi ne sera plus un « jour ouvré » à partir du 1er janvier 2023

Bien que la grande majorité des entreprises travaillent du lundi au vendredi, le droit du travail belge accorde toujours une grande importance au samedi. Lorsque la loi sur les contrats de travail fait référence à des « jours ouvrables » (par exemple le délai de trois jours ouvrables pour un licenciement pour juste motif ou la lettre recommandée qui prend effet à compter du troisième jour ouvrable suivant le détachement), le samedi doit toujours être considéré comme tel . Cependant, le nouveau Livre Ier du Code civil va modifier cette situation, à compter du 1er janvier 2023, de sorte que les employeurs devront selon toute vraisemblance observer d’autres modalités légales en cas, par exemple, de licenciement d’un salarié.

La loi sur les contrats de travail ne définit pas la journée de travail

De nombreuses dispositions de la loi sur le contrat de travail font référence aux « jours ouvrables ». A cet égard, (i) l’article 31 prévoit que le travailleur doit présenter son certificat médical à son employeur dans un délai de deux jours ouvrables à compter du début de l’incapacité de travail, sauf disposition contraire de la réglementation du travail ; (ii) L’article 35 prévoit que le licenciement pour juste motif doit avoir lieu dans les trois jours ouvrables à compter du jour où l’employeur a eu connaissance des faits et que la motivation écrite du ou des motifs du licenciement pour juste motif doit être fournie dans un délai de trois jours ouvrables suivant le licenciement ; et iii) l’article 37 prévoit qu’une lettre recommandée de notification prendra effet le troisième jour ouvrable suivant la date d’envoi de la lettre.

Toutefois, la loi sur les contrats de travail ne précise pas davantage ce qu’on entend exactement par « journée de travail ». Se référant à un commentaire de l’exposé des motifs de la loi sur les contrats de travail et de la loi sur les congés annuels, il a jusqu’à présent été généralement admis que les jours ouvrables sont tous les jours de la semaine à l’exception des dimanches et des jours fériés, c’est-à-dire y compris les samedis. Cela signifie, par exemple, que :

  • Si l’employeur a connaissance d’actes graves commis par une salariée, Caro doit la licencier pour juste motif mercredi au plus tard et le responsable RH doit se rendre à la poste samedi pour faire envoyer la lettre de licenciement en partie en recommandé.
  • La lettre d’avertissement à un employé, Vince, doit être envoyée au plus tard le mercredi pour que la période de préavis commence le lundi suivant.
  • Si une salariée, Camille, tombe malade un vendredi, elle doit envoyer le certificat médical à son employeur au plus tard le samedi, même si son entreprise ne fonctionne que du lundi au vendredi.
READ  Nous savons enfin pourquoi la boxe est l'entraînement préféré de tous les mannequins

Cependant, à partir de l’année prochaine, ces situations vont changer.

Le samedi n’est plus un jour ouvrable dans le code civil

L’article I.7, §3, du nouveau code civil contient (c’est moi qui souligne) : « Les jours ouvrés sont tous les jours sauf les jours fériés, les dimanches et samedis« Cette nouvelle règle s’applique sous réserve qu’aucune autre loi spécifique n’y déroge. La loi sur les contrats de travail ne précisant pas encore explicitement ce qu’il faut exactement considérer comme une « journée de travail », il convient de se référer au nouveau Code civil, à moins que la Le législateur introduit une définition différente des « jours ouvrables » dans la loi sur les contrats de travail. Cette nouvelle règle entrera en vigueur le 1er janvier 2023.

En pratique, cela signifiera dans les exemples ci-dessus que :

  • Si l’employeur de Caro apprend les faits justifiant un licenciement pour juste motif mercredi, à partir du 1er janvier 2023, Caro devra être licenciée au plus tard lundi au lieu de samedi, ce qui signifie que l’employeur a un week-end supplémentaire pour réfléchir. à ce licenciement.
  • La lettre de préavis à Vince doit être envoyée le mardi au lieu du mercredi, ce qui signifie que l’employeur doit envoyer la lettre de préavis un jour plus tôt que d’habitude pour que le délai de préavis commence le lundi suivant.
  • Camille, tombée malade vendredi, n’a plus qu’à envoyer le certificat médical à son employeur le lundi plutôt que le samedi.

Mieux vaut prévenir que guérir

READ  L'ingérence politique entraîne des difficultés dans les études tibétaines

Jusqu’au 31 décembre, tout restera pareil. Le samedi est, malheureusement pour beaucoup, un jour ouvrable en l’état actuel du droit du travail et doit donc être pris en compte dans le calcul des délais légaux en vertu de la loi sur les contrats de travail.

A partir du 1er janvier 2023, les nouvelles règles contenues dans le nouveau Code civil s’appliquent. Or, le nouveau code civil prévoit que le samedi n’est pas un jour ouvrable « sauf si une autre loi particulière en dispose autrement ». Il n’y a toujours pas de réponse définitive quant à ce qu’il convient de considérer comme « une autre loi spécifique ». Comme indiqué ci-dessus, la loi sur les contrats de travail ne définit pas explicitement ce qui doit être considéré comme une journée de travail. Cependant, l’exposé des motifs de la loi sur les contrats de travail stipule que le samedi est un jour ouvrable et il existe d’autres textes juridiques dans le domaine du droit du travail qui font implicitement référence au samedi comme un jour ouvrable (par exemple, la loi sur les congés annuels) . Bien que peu probable, il ne peut être totalement exclu que les tribunaux du travail qualifient cela d' »autre loi spécifique » et considèrent toujours le sabbat comme un jour ouvrable.

Les nouvelles règles n’étant pas encore entrées en vigueur, les juridictions du travail n’ont pas été en mesure de se prononcer sur l’interprétation exacte du nouveau code civil. Par conséquent, jusqu’à ce qu’il y ait une décision définitive sur la question par les tribunaux du travail, il convient d’être prudent et de toujours appliquer l’option la plus avantageuse pour le salarié. Concrètement, cela signifie qu’à partir du 1er janvier 2023 :

  • En cas de licenciement pour juste motif, le samedi reste à considérer comme un jour ouvrable et doit donc être pris en compte pour le calcul du double trois jours.
  • La lettre de mise en demeure doit être envoyée au plus tard le mardi au lieu du mercredi pour que le délai de préavis commence le lundi suivant.
  • Aucune sanction immédiate ne devrait être infligée aux salariés qui ne tiennent pas compte du samedi pour la présentation du certificat médical.
READ  Biden et ses alliés sur appel continueront d'augmenter les coûts de la Russie pour l'invasion de l'Ukraine

Esther Soetens et Mieke D’Hanis sont avocates ALTIUS à Bruxelles. © 2022 ALTIUS. Tous les droits sont réservés. Reproduit avec la permission de Lessologie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here