Le système belge pour les demandeurs d’asile incapables de faire face à l’hiver ferme en

Les autorités belges ont du mal à faire face au nombre de demandeurs d’asile, selon l’agence du pays chargée de la gestion des demandes d’asile.

Alors que l’hiver approche et que les températures commencent à baisser, l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile (FEDASIL) déclare qu’il s’agit d’une course contre la montre pour abriter le nombre écrasant de réfugiés.

« Cette semaine il y a 300 places disponibles, mais ce n’est pas suffisant. On ne peut pas laisser entrer tout le monde. Donc la situation est assez critique et il est temps de mettre toute notre énergie à trouver des places, quel que soit le type de place, peu importe tant que c’est le cas. les gens ont un lit et une chance de dormir quelque part », a déclaré à Euronews Isabelle Pluma, une employée de FEDASIL sur le terrain.

Il a ajouté que la situation s’est aggravée ces dernières semaines, avec une augmentation des arrivées et une pénurie de places en raison des inondations en Belgique l’été dernier.

Il dit également que chaque matin des centaines de demandeurs d’asile font la queue à Bruxelles pour essayer de compléter leurs demandes et de trouver un logement.

Le réseau d’accueil est également totalement saturé et la situation devient chaque jour plus dramatique, de nombreux demandeurs d’asile passant de plus en plus de nuits dans le froid, entourés de saletés et de rats.

Les premiers à entrer sont les plus vulnérables : les mineurs isolés et les familles avec enfants.

Les hommes célibataires ont alors une chance, l’un après l’autre, mais le plus souvent ils finissent par s’en aller sans réponse.

READ  "La Belgique devrait atteindre un pic de coronavirus cette semaine", déclare Geert Molenberghs

« Nous sommes ici tous les matins depuis plusieurs semaines pour fournir du café, du thé et des couvertures de survie », a déclaré Mehdi Kassou de la Plateforme de soutien aux citoyens pour les réfugiés. « Aussi à prendre en charge les personnes potentiellement hypothermiques et enfin à distribuer du matériel et à les informer au mieux ».

Selon les statistiques de l’UE, la situation va au-delà de la Belgique, de nombreux pays européens souffrant de situations similaires.

Jeudi, les ministres de l’intérieur se réuniront pour discuter du problème, mais pour le moment une solution est loin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here