Le tribunal américain autorise le Texas à reprendre l’interdiction de la plupart des avortements

Publié le:

Washington (AFP)

Une cour d’appel fédérale des États-Unis a décidé vendredi que le Texas pouvait reprendre l’interdiction de la plupart des avortements, deux jours après qu’un autre tribunal a levé l’interdiction.

La décision de la Cour d’appel du cinquième circuit de la Nouvelle-Orléans a temporairement annulé la décision de mercredi, rétablissant ainsi l’interdiction de la plupart des avortements une fois que le rythme cardiaque fœtal est détecté, généralement vers six semaines.

Mercredi soir, le juge de district des États-Unis, Robert Pitman, a émis une injonction préliminaire bloquant l’application de la loi texane.

Dans une opinion féroce, Pitman a qualifié la loi du Texas de « flagrante inconstitutionnelle », affirmant qu’elle violait la décision historique de la Cour suprême de 1973 dans Roe v. Wade, qui consacre le droit légal d’une femme à l’avortement.

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, un républicain, a rapidement fait appel de la décision, et l’appel a été accepté vendredi soir.

« Grande nouvelle ce soir », a tweeté Paxton peu de temps après la condamnation. « Je combattrai le désengagement fédéral à chaque fois. »

Des lois restreignant l’avortement ont été adoptées dans d’autres États dirigés par des républicains, mais ont été rejetées par les tribunaux pour violation de Roe v. Patauger.

La décision est intervenue alors que les cliniques du Texas ont recommencé à pratiquer des avortements pour la première fois depuis l’entrée en vigueur de la loi en septembre.

Le « Texas Heartbeat Act » permet aux membres du public de poursuivre les médecins qui pratiquent des avortements une fois qu’un rythme cardiaque fœtal est détecté ou toute personne qui aide à faciliter la procédure.

READ  Galerie : Quels écrans de données les coureurs du Tour de France ont-ils sur leurs unités principales ?

Ils peuvent être récompensés de 10 000 $ pour avoir engagé des poursuites judiciaires, ce qui incite à l’accusation que la loi encourage les gens à agir comme des justiciers.

La loi ne fait pas exception pour les victimes de viol ou d’inceste.

Faisant partie d’une campagne conservatrice plus large visant à limiter les avortements aux États-Unis, la loi a provoqué une réaction du public.

Des dizaines de milliers de femmes sont descendues dans les rues des villes du pays le week-end dernier, affirmant leurs droits reproductifs.

Des manifestants participent à la marche des femmes et au rassemblement pour la justice de l’avortement dans la capitale de l’État du Texas à Austin le 2 octobre 2021 Sergio FLORES AFP / Dossier

Les défenseurs du droit d’une femme d’interrompre une grossesse ont demandé au Congrès d’inscrire le droit à l’avortement dans la loi fédérale pour le protéger de toute annulation possible par la Cour suprême.

Un projet de loi à cet effet a été adopté il y a deux semaines à la Chambre des représentants à majorité démocrate, mais il n’a aucune chance de passer au Sénat où les républicains ont suffisamment de voix pour le bloquer.

Si la Haute Cour annulait Roe c. Wade, n’importe quel État serait libre d’interdire ou d’autoriser l’avortement.

Cela signifierait que 36 millions de femmes dans 26 États – près de la moitié des femmes américaines en âge de procréer – perdraient probablement leur droit légal à l’avortement, selon un rapport de Planned Parenthood.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here