Le Vatican inculpe 10 personnes, dont le cardinal, pour crimes financiers

Samedi au Vatican annoncé qui accuse 10 personnes de crimes financiers, dont un important cardinal italien. Les allégations comprenaient le détournement de fonds, le blanchiment d’argent, la fraude, l’extorsion et la corruption liés aux investissements financiers que la branche financière du Vatican a effectués à Londres en 2018.

Le cardinal Giovanni Angelo Becciu, qui occupait un poste de haut niveau dans l’administration du Vatican, sera jugé le 27 juillet, avec deux hauts responsables de l’Unité de renseignement financier du Vatican. Le procès concerne l’achat de plusieurs millions de dollars par le Vatican d’un immeuble dans l’un des plus beaux quartiers de Londres.

Le Vatican a rendu publiques ses enquêtes sur les crimes en 2019, lorsque la police du Vatican a perquisitionné les bureaux de la Secrétairerie d’État, l’administrateur central de l’Église catholique et les bureaux de l’Autorité de renseignement financier du Vatican.

Le Vatican affirme qu’en 2014, la Secrétairerie d’État a acheté environ la moitié d’un immeuble commercial et résidentiel au 60 Sloane Avenue dans le quartier londonien de Chelsea pour 200 millions d’euros. Une grande partie des fonds pour l’achat proviendrait des contributions des fidèles.

Becciu, qui a maintenant 73 ans, a été invité en 2020 par le pape François à démissionner sur des accusations de détournement de fonds et de népotisme. Il est actuellement le plus ancien fonctionnaire du Vatican à être accusé de crimes financiers, mais il a maintenu son innocence au cours de l’enquête de deux ans. Becciu a conservé son titre, mais a perdu tous ses privilèges de cardinal, y compris le droit de voter pour le prochain pape.

READ  La Russie parie toujours sur Kiev, malgré la résistance farouche de l'Ukraine

La semaine dernière, le pape François a donné l’approbation nécessaire à l’acte d’accusation du cardinal, qui a été détaillé dans une demande d’acte d’accusation de 487 pages, selon Reuters. Le Vatican a annoncé les allégations dans un communiqué de deux pages.

Les charges retenues contre Becciu comprennent « les délits de détournement de fonds et d’abus de pouvoir, également en collaboration, ainsi que de subornation ». L’ancien secrétaire du cardinal a été accusé d’extorsion, et une Italienne qui travaillait pour lui a également été accusée de détournement de fonds.

Selon le communiqué, quatre sociétés ayant entretenu des relations avec des accusés individuels ont également été inculpées, dont une société en Slovénie, une aux États-Unis et deux en Suisse.

Gianluigi Torzi et Raffaele Mincione, deux courtiers italiens ayant travaillé avec Becciu, ont été accusés de détournement de fonds, d’escroquerie et de blanchiment d’argent.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here