LES BOURSES D’ÉTUDES EN EUROPE ARRÊTENT UNE FORTE CHUTE

PARIS (Reuters) – Les marchés boursiers européens ont clôturé en forte baisse lundi et Wall Street a creusé ses pertes en fin de matinée, craintes d’un retour à un confinement au moins partiel dans plusieurs pays qui déclencherait une baisse des valeurs refuges comme le dollar ou obligations d’État.

A Paris, le CAC 40 a perdu 186,14 points, soit 3,74%, sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 11 juin, pour finir à 4792,04 points, le plus bas niveau de clôture depuis le 1er juin.

A Londres, le FTSE 100 a perdu 3,46% et à Francfort le Dax a perdu 4,37%. L’indice EuroStoxx 50 a chuté de 3,74%, le FTSEurofirst 300 de 3,23% et le Stoxx 600 de 3,24%, également la pire performance d’une séance depuis le 11 juin.

La situation n’était pas plus claire à Wall Street au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones perdant 2,99%, à son plus bas depuis le 4 août, tandis que le Standard & Poor’s 500 baissait de 2,26% et le Nasdaq. Composite 2,09%.

L’accélération de l’augmentation des cas d’infection à coronavirus dans plusieurs pays et le retour à l’emprisonnement, général en Israël ou partiel à Madrid, font craindre un nouvel arrêt de l’activité économique, “ l’une des pires menaces du moment aux yeux de beaucoup observateurs et investisseurs.

Sur les marchés américains, le sentiment contre la prise de risque est également alimenté par les doutes sur la capacité du Congrès à voter sur de nouvelles mesures de relance, avec une impasse avant la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême. durcir les positions des démocrates et des républicains.

READ  A J-1, Suez s'oppose à une irrecevabilité définitive chez Veolia

Illustration de la nervosité des investisseurs, l’indice de volatilité CBOE VIX (+ 14,56%) est à son plus haut depuis deux semaines.

VALEURS

Aucun secteur de la cotation européenne n’a été épargné par le regain de méfiance envers les actions mais les baisses les plus marquées ont affecté, d’une part, le secteur du tourisme et des loisirs, où l’indice Stoxx a reculé. 5,2%, et de l’autre celui des banques (-5,70%).

Ce dernier a souffert à la fois des craintes du COVID-19 et des informations du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) sur les flux d’argent sale dans l’industrie.

Citées à ce sujet par différents médias, HSBC (-5,26%) et Standard Chartered (-5,82%) ont vu leurs prix baisser à leur plus bas niveau en 25 ans. A Francfort, Deutsche Bank a cédé 8,76%, à Paris BNP Paribas a cédé 6,66% et Société Générale 7,33%.

Ce fut également une journée difficile pour le secteur du transport aérien, au milieu des craintes d’un retour aux restrictions et de l’annonce de nouvelles mesures d’économies par Lufthansa. La compagnie allemande a vendu 9,46%, Air France-KLM 7,63% et IAG 12,08%.

CHANGEMENTS

La forte baisse des actions a favorisé la baisse des devises considérées comme les plus sûres, le yen mais surtout le dollar, en hausse de 0,9% par rapport à un panier de référence au moment de la clôture européenne.

L’euro a ainsi atteint son plus bas niveau depuis le 12 août contre le billet vert à 1,1732, plus de 2,2% en dessous de son sommet du début du mois au 1 er 2011.

ÉVALUER

À l’instar du marché des devises, le marché des obligations d’État a été principalement tiré par la baisse des titres jugés les plus sûrs, entraînant une forte baisse des rendements.

READ  Requalification énergétique: la propagande téléphonique désormais interdite et lourdement sanctionnée

Celui du Bund allemand à dix ans a perdu plus de quatre points de base sur la journée à -0,526%, le plus bas depuis le 11 août.

La tendance n’est certainement pas moins marquée sur le marché américain avec une baisse de 3,6 points pour le rendement des bons du Trésor à 10 ans à 0,6593%.

PÉTROLE

La baisse du marché pétrolier s’accentue, la perspective d’un retour du brut libyen s’ajoute aux craintes de demande liées à la pandémie.

Le prix du baril a trouvé peu de support dans la nouvelle de l’arrivée imminente d’une nouvelle tempête tropicale, Beta, dans le golfe du Mexique.

Le Brent a ainsi baissé de 4,87% à 41,05 $ le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) de 5,67% à 38,78 $.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)