LES BOURSES EUROPEENNES S’OUVRENT LÉGÈREMENT

PARIS (Reuters) – Les principaux marchés boursiers européens ont légèrement augmenté en début de séance de mardi, mais n’ont effacé qu’une petite fraction des pertes d’hier, limitant la perspective de nouvelles restrictions de voyage et de consommation en Grande-Bretagne. achats évidemment bon marché.

A Paris, le CAC 40 gagne 0,39% à 4.810,66 points à 08h00 GMT. À Londres, le FTSE 100 a pris 0,42% et à Francfort le Dax a augmenté de 0,94%.

L’indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,69%, le FTSEurofirst 300 de 0,48% et le Stoxx 600 de 0,64%.

Ce dernier a reculé de 3,24% lundi, la pire performance depuis le 11 juin.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson devrait appeler ses concitoyens à midi au Parlement pour encourager le télétravail et imposer une fermeture anticipée des débits de boissons et des restaurants en Angleterre afin de freiner la propagation du coronavirus.

“Ce qui effraie les investisseurs, c’est la possibilité que ces blocs ciblés restent inefficaces et soient remplacés par des mesures plus strictes, telles que les blocs nationaux de mars”, a déclaré Naeem Aslam, analyste chez AvaTrade.

Aux risques liés à la pandémie s’ajoute celui des tensions au Congrès américain sur la nomination d’un juge de la Cour suprême, facteur qui risque de freiner de nouvelles mesures de relance.

La session sera animée par la première des trois auditions de Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, prévue cette semaine au Congrès. Dans son discours d’ouverture publié lundi soir, le patron de la Fed réaffirme que la banque centrale est déterminée à utiliser tous les moyens à sa disposition pour soutenir la reprise.

READ  Le président du Medef demande de laisser la "flexibilité" aux entreprises masquées

VALEURS

Le rebond des marchés européens est soutenu, entre autres, par les valeurs technologiques, dont l’indice Stoxx gagne 1,47%, la meilleure performance du secteur de la journée devant l’automobile (+ 1,39%).

A Paris, Renault mène le CAC 40 avec une progression de 2,59%.

A Londres, Kingfisher prend 6,73% après des résultats semestriels, portés par le boom du bricolage et du jardinage en période de prison.

Suez gagne 0,71% après avoir révisé les objectifs de son plan stratégique pour contrer l’acquisition hostile de Veolia (-0,11%).

A la baisse, Airbus perd 1,75% après les déclarations de son président exécutif, qui se dit incapable de garantir que le groupe ne recourra pas à des licenciements.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo est restée fermée, car le jour est un jour férié au Japon, comme lundi.

En Chine, l’indice de capitalisation CSI 300 de la Chine continentale et l’indice Shanghai SSE Composite ont perdu respectivement 1,19% et 1,29%.

À Hong Kong, l’indice Hang Seng a reculé de 0,98% et les banques HSBC (-2,73%) et Standard Chartered (-3,44%) ont creusé leurs pertes deux jours après les révélations internationales Enquête du Consortium des journalistes (ICIJ) sur les flux d’argent sale dans le secteur.

UNE RUE DE MUR

Tendant légèrement à la hausse en début de journée, les contrats à terme sur les principaux indices américains suggèrent désormais une nouvelle baisse à l’ouverture, autour de 0,4% pour le Standard & Poor’s 500.

Lundi, la Bourse de New York a souffert, comme les marchés européens, des inquiétudes sur la crise sanitaire et des craintes d’un éventuel retour aux mesures de confinement: en cloche, l’indice Dow Jones a perdu 509,72 points, soit 1,84. %, à 27 147,7.

READ  Le CAC 40 tombe à 4750 points, malgré les bons chiffres "immo" des Etats-Unis

Le S & P-500 a perdu 38,41 points, soit 1,16%, à 3281,06 et le Nasdaq Composite 14,48 points (-0,13%) à 10 778,80. [.NFR]

ÉVALUER

Le rendement du Bund allemand à dix ans est pratiquement inchangé à -0,528% après avoir atteint un plus bas depuis plus d’un mois de -0,53% lundi.

Son équivalent italien reste proche du plus bas de sept mois atteint lundi à 0,9%, l’absence de percée de l’extrême droite aux élections régionales de dimanche-lundi dans la péninsule est perçue favorablement par le marché.

CHANGEMENTS

Poussé par son statut de valeur refuge, le dollar continue de s’apprécier face aux autres grandes devises (+ 0,20%) et a atteint un plus haut de six semaines plus tôt dans la journée.

A l’inverse, l’euro reste sur une tendance baissière, autour de 1,1725.

Les nouvelles mesures prises par le gouvernement britannique pour lutter contre l’épidémie font mal à la livre, qui recule de 0,7% contre le billet vert et de 0,3% contre la monnaie unique.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est hésitant, au milieu des craintes de demande en cas d’endiguement même partiel et de soulagement des risques liés à l’arrivée de la tempête tropicale Beta dans le golfe du Mexique.

Le Brent a saisi 0,07% à 41,47 $ le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,08% à 39,34 $.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)