Les brasseurs belges ont hâte de revenir: The Manila Times

ANVERS: Les terrasses des cafés belges ne rouvriront pas avant une semaine aux buveurs de bière assoiffés, mais les brasseurs renommés du pays sont tous prêts.

Six mois après que le pays est entré dans un deuxième verrouillage du coronavirus, les fiers propriétaires de bars et brasseurs ont hâte de se remettre au travail.

Ils sont convaincus que leurs compatriotes et leurs femmes n’ont pas perdu le goût des bières belges de renommée mondiale, mais la tâche d’apporter de nouveaux fûts aux caves est énorme.

Silly, Belgique: Un technicien vérifie les bouteilles sur une ligne de production de la brasserie Silly le 28 avril 2021 à Silly. Les terrasses de café de Belgique ne rouvriront pas aux buveurs de bière assoiffés avant une autre semaine, mais les brasseurs renommés du pays sont tous aux prises avec la pompe. Six mois après que le pays est entré dans un deuxième verrouillage du coronavirus, les fiers propriétaires de bars et brasseurs ont hâte de se remettre au travail. PHOTOS AFP

Et – avec le service domestique toujours interdit et la distanciation sociale en cours – le temps presse pour certains dans un secteur qui a déjà été durement touché par la pandémie.

«C’est toute une machine qu’il faut remettre en service», explique Lionel Van Der Haegen, directeur de la brasserie Silly dans le village belge du même nom.

La brasserie travaille dur, mais Van Der Haegen craint pour les bars qui boivent sa bière. « Certains ont échoué », a-t-il déclaré à l’Agence France-Presse (AFP). «Chaque jour compte. Nous devons rouvrir dès que possible. « 

Arrêter le cycle de la bière pression en Belgique en octobre était un énorme exercice logistique en soi. En temps normal, les fûts de bière lourds sont roulés dans des caves à barres pleines et retirés lorsqu’ils sont vides et donc beaucoup plus légers.

Mais après la fermeture des bars à la fin du mois d’octobre dernier, les stocks de bière censés durer plusieurs semaines ont dû être minutieusement arrachés et renvoyés.

READ  Le tribunal américain autorise le Texas à reprendre l'interdiction de la plupart des avortements

La culture de la bière belge est reconnue par l’Unesco comme un patrimoine d’envergure internationale et pour Silly, fière de sa fraîcheur, il ne faisait aucun doute qu’elle gardait simplement la vieille bière.

Les bières invendues ont été soigneusement éliminées et maintenant un tout nouveau lot est en production avant le 8 mai, jour de la réouverture de la Belgique. « Il faut entre un mois et six semaines entre le début de la production et la dégustation d’une bière Silly », a déclaré Van Der Haegen, faisant visiter à l’AFP son usine très fréquentée.

La brasserie Silly domine le village d’un peu plus de 7 000 personnes. En temps normal, elle produit deux millions et demi de litres par an: bières lager, de saison, bières d’abbaye, bières aux fruits, Pilsener, bières de blé et scotch ale.

Alors que l’AFP visitait l’usine, un agriculteur local s’est arrêté sur un tracteur pour ramasser une remorque de céréales de distillerie – de la purée d’orge séchée laissée par le processus de fermentation – pour nourrir son bétail.

La brasserie est en activité depuis 1850, emploie 24 personnes à pleine capacité, approvisionne des bars dans toute la région et exporte de la bière en bouteille aux États-Unis et en Chine. Mais maintenant, il a une capacité de 70% et Van Der Haegen ne sait pas à quelle vitesse les choses vont se passer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here