Thierry Corbalan, accueilli par son épouse sur la plage de Mandelieu-La Napoule, dimanche 20 septembre 2020 – F. Menassé / Corse sauvage

C’est un voyage de 180 km qu’il vient de terminer la natation la Corse et le continent. EST
la nouvelle aventure de Thierry Corbalan, il a quitté Calvi lundi et est arrivé ce dimanche un petit après-midi à Mandelieu-La Napoule
(Alpes-Maritimes), c’est d’autant plus impressionnant que ce “dauphin corse”, comme on le surnomme, a les deux bras amputés.

“C’est une traversée qui, pour moi, a une grande valeur symbolique car je vais rejoindre la ville où j’ai perdu mes deux bras”, expliquait-il au départ. C’est dans cette ville, près de Cannes, en 1988, que cet homme de 61 ans a été électrifié par une ligne à haute tension. C’est aussi là que Daniel Dulta, celui qui lui a sauvé la vie il y a trente-deux ans, l’a accueilli après ces sept jours de croisement avec la monopalme, pour faire passer un message.

“Le handicap ne vous empêche pas de vivre des expériences extraordinaires”

«Comme pour chacun de ses défis, l’objectif de Thierry Corbalan est de communiquer sur l’association Le Dauphin Corse, qui aide les personnes malades ou handicapées et démontre que le handicap ne les empêche pas de vivre des expériences extraordinaires. »Explique son équipe.

Au cours de cette odyssée, l’homme de 60 ans a nagé entre 10 et 12 heures par jour. Une équipe de sept personnes a également été mobilisée pour la gestion et l’organisation de la sécurité à bord du catamaran, où Thierry Corbalan a pu se reposer.



2,1 K

Actions

READ  Meurtre de Victorine: information judiciaire ouverte, création d'une cellule d'enquêteurs