Les électeurs suisses semblent prêts à approuver la loi sur le financement du streaming TV « Lex Netflix ».

Une affiche indiquant: « Non à la loi sur le cinéma – anti-consommateur, injuste, paternaliste » est vue sur un terrain, avant que l’électorat suisse ne vote sur plusieurs questions lors d’un référendum le week-end prochain, près de Birmensdorf, en Suisse, le 9 mai 2022. Photo prise 9 mai 2022. REUTERS/Arnd Wiegmann

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

ZURICH, 15 mai (Reuters) – Les électeurs suisses se sont mis d’accord dimanche pour soutenir les propositions visant à amener les services mondiaux de streaming TV comme Netflix Inc (NFLX.O) Amazon (AMZN.O) et Disney (DIS.N) à investir une partie de leurs revenus générés en Suisse dans la production cinématographique nationale.

Environ 58% des électeurs ont soutenu la proposition, selon les premières projections du diffuseur SRF, lors de l’un des trois scrutins nationaux organisés ce week-end dans le cadre du système suisse de démocratie directe.

Le vote est le dernier en date introduit dans les pays européens pour soutenir la production télévisuelle et cinématographique locale et promouvoir le contenu produit localement.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Lors du référendum contraignant sur ce qu’on appelle « Lex Netflix », les électeurs suisses ont décidé si les services de streaming internationaux devaient investir 4% des revenus qu’ils réalisent en Suisse dans la production cinématographique locale, comme le font actuellement les diffuseurs nationaux.

Les investissements peuvent prendre la forme d’acheter des émissions produites localement, de produire eux-mêmes des programmes ou d’entrer dans un fonds d’investissement.

READ  Comment regarder, en plus des vidéos préférées

Une loi similaire a été adoptée au Portugal, où les fournisseurs de services de streaming doivent verser 1 % de leurs revenus à l’Institut du cinéma et de l’audiovisuel (ICA).

Le Danemark envisage une taxe de 5 % pour soutenir la production télévisuelle nationale, tandis que l’Espagne envisage également d’introduire une taxe.

La France et l’Italie ont toutes deux des obligations d’investissement dans lesquelles les services de streaming doivent investir une partie de leurs revenus – jusqu’à environ 20 % – dans des contenus européens en langues locales.

Lors d’un référendum séparé, les électeurs suisses semblaient également disposés à approuver des dépenses supplémentaires pour l’agence européenne de sécurité des frontières Frontex.

Les projections du SRF ont montré que 72% soutiennent l’augmentation à 61 millions de francs suisses par an d’ici 2027, contre 24 millions de francs en 2021.

Un refus aurait également pu obliger la Suisse à quitter la zone de voyage sans le passeport Schengen à 26 membres et le système de coordination des demandes d’asile de Dublin.

Au troisième tour de scrutin, les électeurs ont également soutenu un plan visant à faciliter le prélèvement d’organes humains pour les greffes avec 59% en faveur, selon les projections.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de John Revill Montage par Gareth Jones et David Evans

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here