Beaucoup de gens ne connaissent pas le document officiel de l ‘«affidavit» de la Belgique, qui est nécessaire pour traverser la frontière pour une raison essentielle, selon la police fédérale.

Ce week-end, la police fédérale belge a lancé des contrôles forcés aux frontières pendant les vacances de carnaval pour s’assurer du respect de l’interdiction des voyages non essentiels, actuellement en vigueur jusqu’au 1er avril.

“La plupart des personnes qui voulaient traverser la frontière obéissaient aux règles, mais beaucoup ne savaient pas qu’il y avait un document officiel à remplir”, a déclaré la porte-parole de la police fédérale Sarah Frederickx au Brussels Times.

Le formulaire type, dans lequel un voyageur déclare que son voyage transfrontalier appartient à une catégorie de voyage considérée comme essentielle, comme un voyage d’affaires ou des raisons familiales urgentes, peut être téléchargé et complété dans Anglais, néerlandais, Français est Allemandou terminé en ligne.

Nouvelles connexes:

“Nous voyons que la plupart des voyageurs ont une raison essentielle de traverser la frontière, mais ils ne connaissent pas le document ni où le trouver”, a déclaré Frederickx, ajoutant qu’il se trouve sur le info-coronavirus.be site Web ou googler «affidavit de voyage Belgique».

Ceux qui ne l’ont pas rempli peuvent être invités à remplir à nouveau le formulaire sur place, selon Frederickx.

“La plupart des voyageurs ne sont pas de mauvaise volonté, certains ont même écrit leurs déclarations sur un morceau de papier”, a-t-il dit, ajoutant que les personnes qui ont une bonne raison de traverser la frontière mais n’ont pas le bon document ne seront pas condamnées à une amende.

READ  La Belgique ralentit la distribution des doses de vaccin Oxford alors que les cas de Covid augmentent | Nouvelles du monde

L’interdiction de voyager en Belgique a récemment été prolongée pour rester en vigueur jusqu’au 1er avril, mais le Comité consultatif réévaluera la situation et la nécessité de l’interdiction de voyager lors de sa prochaine réunion, vendredi 26 février.

Maïthé Less
Le Brussels Times