Les Îles Salomon entrent en quarantaine pendant 36 heures après que les manifestations sont devenues violentes

Le Premier ministre Manasseh Sogavare a appelé au blocus dans un discours diffusé mercredi soir après que la police eut déjà déployé des gaz lacrymogènes pour réprimer les manifestations.

Les habitants de l’île la plus peuplée du pays, Malaita, s’étaient rendus dans la capitale débordant de colère face à un certain nombre de problèmes intérieurs, notamment des promesses d’infrastructures non réalisées, selon les médias.

En plus de la colère suscitée par le manque de développement, le gouvernement de Salomon a subi des pressions pour un Décision 2019 de couper les ponts avec Taïwan et établir une relation formelle avec la Chine.

« Notre nation a été témoin d’un autre événement triste et malheureux visant à renverser un gouvernement démocratiquement élu », a déclaré Sogavare.

« Je pensais honnêtement que nous avions traversé les jours les plus sombres de l’histoire de notre pays, mais les événements d’aujourd’hui nous rappellent douloureusement que nous avons un long chemin à parcourir. »

Un verrouillage à Honiara, qui durera jusqu’à 7 heures du matin vendredi, heure locale, « permettra à nos forces de l’ordre d’enquêter de manière approfondie sur les auteurs des événements d’aujourd’hui et d’empêcher de nouvelles destructions illégales », a-t-il déclaré.

En plus du pillage des magasins, les manifestants ont mis le feu à un bâtiment au toit de chaume sur le terrain du Parlement – alors qu’ils étaient assis – et à un poste de police, a déclaré le Premier ministre.

La Force de police royale des Îles Salomon (RSIPF) a exhorté les personnes fréquentant les écoles et les entreprises autour d’Honiara à rester chez elles pour éviter d’être touchées par des émeutes.

READ  L'UE a levé les restrictions de voyage pour les voyageurs américains

« Nous voulons nous assurer que nos rues, écoles et entreprises peuvent rouvrir immédiatement après le verrouillage », a déclaré la commissaire adjointe du RSIPF, Juanita Matanga, dans un communiqué.

« Je demande votre coopération jusqu’à ce que la situation redevienne normale. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here