Les Libanais de l’étranger ont voté aux élections législatives

Publié le:

Beyrouth (AFP) – Les expatriés libanais ont commencé à voter aux élections législatives vendredi, après plus de deux ans d’une crise économique sans précédent qui a provoqué un exode massif.

Alors que les personnalités de l’opposition plaçaient leurs espoirs sur la diaspora, les experts ont déclaré que les élections auraient dû maintenir le statu quo, malgré des années de crise économique.

Les expatriés de neuf pays arabes et d’Iran ont voté vendredi.

L’agence officielle libanaise de presse nationale (NNA) a déclaré qu’environ 36% des électeurs inscrits à l’étranger avaient voté dans l’après-midi, avec environ 11 000 bulletins de vote.

Le ministre des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib a exprimé l’espoir d’une participation de 70%, notant que « les électeurs du Golfe se précipitent généralement aux urnes le soir ».

La NNA a déclaré que 65% des 642 électeurs inscrits à Téhéran avaient déjà voté.

L’ambassadeur du Liban à Téhéran, Hassan Mohammad Abbas, s’est félicité de la participation.

« Les citoyens libanais vivant en Iran ont montré beaucoup d’enthousiasme », a-t-il déclaré à l’AFP.

En Arabie saoudite, environ 30% des plus de 13 000 électeurs inscrits avaient voté vendredi après-midi, selon la NNA.

Le vote aura lieu dimanche dans 48 autres pays.

« Votez en grand nombre »

C’est la deuxième fois dans l’histoire du Liban que les citoyens résidant à l’étranger peuvent voter pour leurs 128 représentants, lors des élections qui se tiendront chez eux le 15 mai.

Ce vote est le premier depuis que des manifestations de masse ont éclaté fin 2019 contre l’élite dirigeante enracinée dans le pays, largement blâmée pour l’effondrement économique.

READ  Les Chypriotes turcs votent dans l'ombre de la crise économique
Une Libanaise vote dans le bureau de vote de l’ambassade du Liban à Téhéran -AFP

Bou Habib avait déclaré que les Libanais basés à l’étranger pouvaient voter dans plus de 205 bureaux de vote à travers le monde.

Plus de 225 000 personnes se sont inscrites pour voter à l’étranger, contre environ 92 000 lors des élections de 2018, bien que seulement 50 000 d’entre elles aient voté à l’époque.

Mais l’inscription sur les listes électorales, bien qu’en augmentation, reste relativement faible parmi les millions de Libanais vivant à l’étranger et leurs descendants.

La crise économique a poussé la classe moyenne libanaise, y compris les familles, les jeunes diplômés, les médecins et les infirmières à émigrer à la recherche d’un avenir meilleur.

Alors que les groupes d’opposition espèrent que la diaspora votera pour le changement, seuls 6% des électeurs étrangers ont choisi des indépendants en 2018, selon un récent rapport de l’Initiative de réforme arabe basée à Paris.

Ces dernières semaines, les candidats des partis traditionnels ont envoyé des messages à de nombreux expatriés pour solliciter leur vote.

Jeudi, le Premier ministre Najib Mikati a demandé aux électeurs inscrits à l’étranger « de ne pas être complaisants et de voter en grand nombre ».

Les responsables enverront les urnes via des entreprises privées à la banque centrale libanaise une fois les urnes terminées. Les votes seront comptés après les élections du 15 mai.

Bien que de nombreux Libanais espèrent pouvoir voter en dehors des partis traditionnels, les experts ont déclaré que cela était peu probable car les candidats de l’opposition manquaient d’unité, de fonds et d’expérience.

READ  PM Modi en visite en Allemagne, au Danemark et en France du 2 au 4 mai | Dernières actualités Inde

En janvier, l’ancien Premier ministre Saad Hariri a déclaré qu’il quitterait la politique et que son parti boycotterait les élections, laissant sa communauté sunnite sans chef avant les élections.

Des personnalités sunnites moins en vue, dont certains politiciens de son propre parti qui se présentent comme indépendants, tentent de récupérer l’influence de Hariri et d’arracher un siège au parlement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here