Mercredi matin, les marchés boursiers européens ont été plongés dans l’obscurité, se préparant à de nouvelles initiatives pour contrer la vague de cas de Covid-19 menaçant la croissance.

A 9h50 (7h50 GMT), les bourses de Paris, Francfort et Milan ont chuté de plus de 3%. L’indice CAC 40 est passé de 151,57 points à 4 579,09 points. À Francfort, le DAX a perdu 3,40% et à Milan le FTSE MIB a perdu 3,13%. Leurs homologues européens ont tous baissé de plus de 2%. “Tous les voyants sont en rouge: les élections présidentielles américaines induisent la résurgence habituelle de l’aversion au risque, les données économiques sont globalement mauvaises, sauf en Asie, et surtout l’endiguement à l’œuvre en Europe«Cela soulève des inquiétudes quant à la reprise économique», explique Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Bank.

Dans ces circonstances, la pression va augmenter sur la BCE pour qu’elle adopte de nouvelles mesures de soutien mais, objectivement, il est difficile de voir sur quelle arme efficace elle pourrait s’appuyer face à la pandémie.», Ajoute l’expert. Christine Lagarde présidera jeudi sa huitième réunion de politique monétaire à la Banque centrale européenne et toute nouvelle information sur le financement de l’économie sera particulièrement scrutée.

Le spectre du recontrage

Alors qu’un nouveau cycle de mesures de resserrement se profile en Europe avec des scénarios potentiels de reconfiguration, les investisseurs craignent un impact majeur sur la reprise économique en cours. L’Allemagne et la France doivent décider d’une nouvelle répression ce mercredi dans l’espoir d’endiguer la deuxième vague de propagation du Covid-19. Parallèlement, l’Italie, qui connaît cette année sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, voit de plus en plus de protestations contre de nouvelles mesures limitant l’activité de certaines catégories professionnelles.

READ  Paris: 5050 résistent mais W-Street pourrait y remédier

Aucun indicateur majeur n’était à l’ordre du jour, mais un flot de résultats commerciaux. Le secteur informatique a été durement touché: Atos se situait en bas du CAC 40 (-7,70% à 57,80 €). Alten (-8,21% à 71 euros) et Sopra Steria (-12,1% à 102,70 euros) ont été largement masquées par la baisse de leur chiffre d’affaires au troisième trimestre.

La voiture a déraillé: Renault a plongé de 7,36% à 21,08 € et PSA a chuté de 5,72% à 15,26 € bien que le constructeur maintienne ses objectifs 2020. L’équipementier Valeo dévissé 7,47% à 25,16 euros après avoir enregistré une baisse du chiffre d’affaires au troisième trimestre 2020, mais revoit ses objectifs à la hausse.

Le secteur du tourisme était au premier rang des préoccupations concernant le resserrement des restrictions qui restreindraient davantage les voyages. Le groupe InterContinental Hotels perd 5,71% à 3713,00 pence et IAG, la maison mère de British Airways, 5,52% à 91,04 pence. Accor recule de 4,68% à 21,18 euros.

Carrefour, qui a vu ses ventes mondiales baisser de 2,5% au troisième trimestre, en variation totale à taux de change courants, recule de 3,01% à 13,20 euros. Sodexo a été sanctionné (-6,27% à 53,56 euros) après l’annonce d’un projet de plan de sauvegarde du travail (PSE) qui conduirait à la suppression de 2 000 emplois en France.

Teleperformance est le seul en vert sur le CAC 40 (+ 1,85% à 259,40 €). Le groupe est parvenu à un accord “pour l’acquisitionDe Health Advocate, une société américaine de soins de santé, pour 690 millions de dollars.

READ  les comptables seront responsables

“VOIR ÉGALEMENT – Irlande, Pays de Galles, Pays-Bas … face à Covid-19, l’Europe se reconfigure