Les Palestiniens annulent l’accord de Pfizer sur le vaccin avec Israël

Le revirement brutal est intervenu après que les responsables de la santé à Ramallah ont inspecté la première livraison de près de 90 000 doses vendredi après-midi, a déclaré le ministre palestinien de la Santé.

« Il a été constaté que les doses n’étaient pas conformes aux spécifications techniques précédemment convenues et que leur date de péremption était proche », a déclaré la ministre Mai Alkaila, selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

« Nous avons donc contacté le Premier ministre Muhammad Shtayyeh et avons décidé d’annuler l’accord », a ajouté Alkaila.

La décision de transférer les stocks israéliens excédentaires de vaccins Pfizer aux Palestiniens dans les territoires occupés, un accord déjà en cours sous la précédente administration Netanyahu, selon les médias israéliens, a été annoncée vendredi matin par le gouvernement israélien.

Un communiqué du gouvernement a reconnu que les vaccins « expireront bientôt », mais on ne sait pas exactement combien de temps il restait aux autorités sanitaires palestiniennes pour administrer les doses avant la date limite.

Selon Reuters, Alkaila a déclaré qu’Israël avait dit à l’Autorité palestinienne que les vaccins avaient expiré en juillet ou août, mais que la vraie date s’est avérée être juin.

Dans le cadre de l’accord convenu, une cargaison de vaccins Pfizer destinée à l’Autorité palestinienne plus tard dans l’année devait être transférée à Israël à la place. L’Autorité palestinienne dit qu’elle demande maintenant à Pfizer d’accélérer l’expédition aux Palestiniens, conformément au contrat initial.

Les dirigeants israéliens ont obtenu un succès international remarquable pour le lancement très réussi des vaccinations contre le Covid-19 dans le pays à sa population de 9 millions plus tôt cette année.

READ  Un ancien garde du camp de concentration nazi âgé de 100 ans accusé d'atrocités de l'Holocauste

Mais ils ont été critiqués pour ne pas avoir fourni de vaccins pour couvrir les Palestiniens vivant en Cisjordanie et à Gaza, ce qu’Israël est obligé de faire en vertu des Conventions de Genève.

Israël a affirmé avoir été libéré de ces obligations par les accords d’Oslo, signés par les dirigeants israéliens et palestiniens dans les années 1990, qui attribuent la responsabilité de fournir des soins médicaux à l’Autorité palestinienne.

Jusqu’à présent, près de 450 000 Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza ont reçu un vaccin contre le Covid-19, selon les données de l’Autorité palestinienne, dont un peu plus de 270 000 ont reçu deux doses. Les deux territoires comptent entre 4,5 et 5 millions d’habitants.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here