Les pourparlers sur le nucléaire iranien avancent trop lentement, selon la France – World dit

PARIS : Les négociations internationales sur les activités nucléaires de l’Iran avancent si lentement qu’il est peu probable qu’elles aboutissent à un accord « dans un délai réaliste », a déclaré mardi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Les discussions en cours à Vienne « se poursuivent mais de notre point de vue, elles sont lentes, trop lentes », a déclaré Le Drian au parlement français.

« Il y a une urgence vitale sur cette question en raison des actions de l’Iran et de la trajectoire de son programme nucléaire », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré lundi que les efforts de « toutes les parties » pour relancer l’accord nucléaire de son pays en 2015 avec les puissances mondiales avaient conduit à « de bons progrès » lors des pourparlers de Vienne.

Israël n’est lié par aucun accord nucléaire avec l’Iran, selon Bennett

Les négociations pour sauver l’accord nucléaire ont repris fin novembre après avoir été suspendues en juin lorsque l’Iran a élu un nouveau gouvernement ultra-conservateur.

L’accord de 2015 – conclu par l’Iran, les États-Unis, la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne – offrait un allègement des sanctions de Téhéran en échange de freins à son programme nucléaire.

Mais ensuite, le président américain Donald Trump a retiré unilatéralement les États-Unis en 2018 et a réimposé des sanctions sévères, ce qui a incité Téhéran à commencer à retirer ses engagements.

« Il y a eu de bons progrès sur les quatre questions relatives à la levée des sanctions, aux questions nucléaires, à la vérification et à l’obtention de garanties » lors du dernier cycle de pourparlers, a déclaré lundi à la presse le porte-parole du ministère, le responsable des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh.

READ  Le leader sud-coréen emprisonné de Samsung se libère lors de la dernière libération anticipée de l'élite des entreprises

Les États-Unis n’ont participé qu’indirectement aux pourparlers de Vienne, qui visent à ramener Washington dans l’accord et à garantir que l’Iran respecte ses engagements.

Le Drian avait semblé plus positif sur les pourparlers de vendredi lorsqu’il avait déclaré qu’ils avançaient sur une « voie plutôt positive », tout en soulignant l’urgence de les mener à une conclusion rapide.

Le lendemain, son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian a déclaré que les deux parties se rapprochaient d’un « bon accord » car la France « s’est comportée raisonnablement » après avoir joué auparavant « le rôle d’un mauvais flic ».

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont déclaré le mois dernier que la fenêtre pour conclure un accord était « des semaines, pas des mois », en raison de la vitesse de l’enrichissement nucléaire iranien.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here