Publié le 4 septembre 2020 à 7:30Mis à jour le 4 septembre 2020 à 7 h 59

C’est à Marcq-en-Baroeul dans le nord que le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance effectuera sa première visite ce vendredi après la présentation de jeudi. Plan de rétablissement sur le thème de ” transfert industriel “. Le dispositif, qui vise à renforcer la compétitivité de l’économie française, comprend une mesure très attendue par les employeurs: une réduction des taxes sur les facteurs de production des entreprises (quels que soient leurs bénéfices), soit 10 milliards d’euros chaque année.

Cette taxation jugée «confiscatoire» par Bruno le Maire pénalise les entreprises françaises par rapport à leurs homologues des pays voisins. L’industrie, qui représente 13,6% de la valeur ajoutée nationale, paie 19,2% des taxes à la production, soit un quota “Disproportionné”, souligne le document officiel accompagnant le plan de relance. Ces taxes “Ils pèsent sur l’attractivité de la zone et peuvent affecter négativement la position et les décisions d’investissement”, est toujours écrit.

Les régions gagnantes

Quels seront les effets de cette réduction d’impôt? Qui en bénéficiera le plus? D’un point de vue géographique, les régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes (qui concentrent respectivement 27% et 13% des contribuables) seront les principales bénéficiaires de la réduction de moitié de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), une composante majeure des taxes à la production. Viennent ensuite les Hauts-de-France, la région Grand-Est, l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine (chacune abritant entre 7 et 8 pour cent des contribuables), selon le document.

La région Auvergne-Rhône-Alpes (15%) sera celle qui bénéficiera le plus a priori du gain lié à la réduction de l’assiette fiscale des installations industrielles. Viennent ensuite les Hauts-de-France (12%), l’Ile-de-France (11%), le Grand Est (10%), la Normandie et l’Occitanie (9% chacun).

READ  Wall Street fébrile malgré les annonces de la Fed

Les entreprises corses devraient bénéficier d’une réduction de 13 millions d’euros d’impôts par an et celles des DOM de 85 millions.

Indemnisation pour perte de revenus

Le gouvernement a déjà trouvé un dossier accord avec les régions sur cette mesure fiscale du plan de relance qui les concerne de près: l’élimination de leur quote-part de la CVAE, égale à 7,25 milliards d’euros, sera compensée par le paiement d’une fraction de la TVA. En revanche, Les discussions avec les communes et les intercommunales se poursuivent sur la manière de les compenser pour la perte de revenu induite par la réduction des impôts sur les bâtiments industriels. “L’Etat compensera les pertes chaque année, de manière intégrale, dynamique et territorialisée, sur l’entrepôt ainsi que sur le flux, afin de garantir la neutralité complète de la mesure”, le gouvernement promet. Les élus locaux, soucieux de préserver leur autonomie fiscale, seront très vigilants.

Toutes ces mesures et les compensations qui les accompagnent seront incluses dans la facture financière pour 2021. “Ils s’appliqueront aux taxes dues pour la même année”, précise le document accompagnant le plan de redressement.