Les talibans ordonnent aux ONG d’interdire aux travailleuses de venir travailler



CN

Le Administration talibane en Afghanistan a ordonné à toutes les organisations non gouvernementales (ONG) locales et internationales d’empêcher leurs employés de venir travailler, selon une lettre du ministère de l’Économie envoyée à toutes les ONG autorisées.

Le non-respect entraînera la révocation des licences de ces ONG, a indiqué le ministère.

Dans la lettre – dont la validité a été confirmée à CNN par son porte-parole Abdul Rahman Habib – le ministère cite le non-respect des règles sur la tenue vestimentaire islamique et d’autres lois et règlements de l’émirat islamique comme raison de la décision.

« Il y a eu récemment de sérieuses plaintes concernant le non-respect du hijab islamique et d’autres lois et règlements de l’émirat islamique », indique la lettre, ajoutant qu’en conséquence, « des instructions sont données pour suspendre le travail de toutes les employées des organisations à but non lucratif. des gouvernements nationaux et internationaux.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement taliban études universitaires suspendues pour toutes les étudiantes en Afghanistan.

Un porte-parole du ministère afghan de l’Enseignement supérieur a confirmé mardi la suspension de l’université à CNN. Une lettre publiée par le ministère de l’Éducation a déclaré que la décision avait été prise lors d’une réunion du cabinet et que l’ordonnance prendrait effet immédiatement.

Giovedì, in una conferenza stampa televisiva, il ministro dell’istruzione superiore dei talebani ha affermato di aver bandito le donne dalle università per non aver osservato le regole dell’abbigliamento islamico e altri « valori islamici », citando le studentesse che viaggiano senza un tutore mâle. Le mouvement a suscité l’indignation chez les femmes en Afghanistan.

Marquer encore une autre étape dans la brutale répression des libertés des femmes afghanes par les talibans, suite à la prise de contrôle du pays par le groupe islamiste radical en août 2021.

L’ONU a condamné samedi l’annonce des talibans.

« Les femmes doivent être habilitées à jouer un rôle vital dans tous les aspects de la vie, y compris la réponse humanitaire. Interdire aux femmes de travailler violerait les droits les plus fondamentaux des femmes et constituerait une violation flagrante des principes humanitaires », indique le communiqué de l’ONU.

« Cette dernière décision ne fera que nuire davantage aux personnes les plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles. »

Il a également ajouté qu’il essaierait d’organiser une réunion avec les dirigeants talibans pour clarifier.

Amnesty International a demandé que l’interdiction « soit levée immédiatement » et que les talibans « cessent d’abuser de leur pouvoir ».

« Les femmes et les filles ne devraient pas être punies pour avoir revendiqué et défendu leurs droits fondamentaux », lit-on dans un communiqué. « Le droit au travail pour tous, en particulier les femmes en Afghanistan, doit être pleinement réalisé conformément au droit international des droits de l’homme. »

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken s’est également exprimé samedi. « Profondément préoccupée par le fait que l’interdiction faite aux femmes par les talibans de fournir une aide humanitaire en Afghanistan perturbera l’assistance vitale et vitale à des millions de personnes », a-t-elle écrit sur Twitter.

« Les femmes sont au cœur des opérations humanitaires à travers le monde. Cette décision pourrait être dévastatrice pour le peuple afghan. »

Le représentant spécial américain en Afghanistan, Thomas West, a tweeté samedi que le dernier ordre des talibans était « profondément irresponsable ».

« Cela pose des risques mortels pour des millions de personnes qui dépendent d’une assistance vitale. Les talibans ignorent leurs responsabilités les plus élémentaires envers leur peuple », a tweeté West.

Alors que les talibans ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils protégeraient les droits des filles et des femmes, en réalité, ils ont fait le contraire, leur retirant les libertés durement acquises pour lesquelles ils se sont battus sans relâche au cours des deux dernières décennies.

Certaines des restrictions les plus flagrantes concernent l’éducation, les filles étant interdites de retourner dans les écoles secondaires en mars. Le déménagement a dévasté de nombreux étudiants et leurs familles, qui décrit leurs rêves brisés à CNN devenir médecin, enseignant ou ingénieur.

READ  L'Algérie rompt ses relations avec le Maroc pour "actions hostiles", commente Lapid

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here