Les temps de Wout van Aert sont parfaits pour remporter la première étape du Tour de Grande-Bretagne | Tour de Grande-Bretagne

Bodmin, Paris et Tokyo ont partagé au moins une expérience cet été : le géant Wout van Aert est arrivé dans la ville et a laissé une impression durable. Six semaines après avoir remporté la médaille d’argent olympique à l’épreuve olympique sur route de Tokyo, et sept semaines après avoir franchi la dernière étape du Tour de France sur les Champs-Élysées, le champion national belge a fait un travail simple pour remporter la première étape du Tour de La Grande-Bretagne prend le commandement de la course initiale. Son échappée post-olympique n’a clairement pas coupé son appétit ni freiné sa vitesse finale.

Les cinq dernières courses de Van Aert ont produit trois victoires – il a également remporté l’avant-dernière étape du Tour, un contre-la-montre – cette médaille olympique et la sixième place du contre-la-montre olympique. Il compte actuellement neuf victoires pour l’année, mais peu parieraient contre lui en ajoutant au moins une ou deux de plus avant que le British Tour ne frappe Aberdeen dimanche prochain. Et avec le vent favorable, il partira en favori pour remporter le championnat du monde dans sa Belgique natale vers la fin du mois.

Avec l’une des équipes les plus fortes de la course derrière lui, la victoire à Cornwall prépare parfaitement le leader de Jumbo-Visma à tenter d’imiter son rival sur le circuit de cyclocross, Mathieu van der Poel, le vainqueur du dernier Tour de Grande-Bretagne en 2019. À Bodmin, Van Aert a déclaré que Jumbo-Visma visera le contre-la-montre par équipes de mardi dans le sud du Pays de Galles, après quoi viendra l’étape d’escalade la plus difficile de la course à Great Orme. « C’est super difficile à l’arrivée, donc nous allons certainement nous concentrer là-dessus et voir quelle sera la prochaine position. »

Après une journée de voyage à travers le pays de Poldark à la poursuite d’une échappée de cinq coureurs dont les Britanniques Jake Scott, Oliver Stockwell et Max Walker, ainsi que le champion américain Joey Rosskopf et le Sud-Africain Nic Dlamini, le groupe s’est réveillé dans le run-in. vallonné pour la fin. L’échappée a été soufflée à 13 km – pas aidée par une crevaison tardive à Rosskopf – et lorsque la lutte pour la position a commencé, Mark Cavendish a joué un rôle de premier plan alors que l’équipe Deceuninck-Quickstep tentait de préparer le champion du monde Julian Alaphilippe pour l’étape gagnante. .

Le rodage des montagnes russes n’était pas pour les âmes sensibles, un flou vertigineux de descentes à grande vitesse et de traînée réduisant la force, sur laquelle les équipes WorldTour – Movistar, Deceuninck-Quickstep, Jumbo-Visma et Israel Start-Up Nation – ils sont tous venus au premier plan. Un large virage à droite a vu une collision arrière, après quoi la traînée en ville a encore réduit le peloton, avec seulement 36 coureurs terminant à moins de 20 secondes de Van Aert.

Cavendish a pris la tête à 2,8 km de la fin, après quoi Ineos a mis un rythme fougueux, au service de son Ethan Hayter, 22 ans, qui a finalement terminé quatrième. Dans le dernier line-up, Alaphilippe a canalisé le chimérique mais pas toujours réussi Ross Poldark, tandis que Van Aert était vivement professionnel à la manière de l’ennemi juré de Ross George Warleggan.

Alaphilippe a lancé une attaque signature, sautant du volant de l’un de ses prédécesseurs en tant que champion du monde, Michal Kwiatkowski, pour obtenir un avantage précoce. Mais à 200 mètres de la ligne, le Français a regardé autour de lui pour voir Van Aert se profiler derrière eux. Alaphilippe a commis l’erreur classique de se déplacer trop tôt dans une arrivée en montée et a chuté à la huitième place, tandis que Van Aert a chronométré sa course à la perfection pour arracher la victoire à Nils Eekhoff de l’équipe allemande DSM. Juste derrière se trouvait un autre candidat possible à la victoire au classement général, le Canadien Michael « Rusty » Woods de la Start-Up Nation d’Israël, qui savourera les montées qui parsèment le parcours lundi et mercredi.

Lundi, la course traverse Dartmoor via Princetown avant une arrivée sur Queen Street à Exeter, qui semble beaucoup plus adaptée à Cavendish, avec une section technique à travers des voies étroites suivie d’une légère traînée dans le dernier kilomètre. Il n’y a qu’un seul problème, cependant : une telle arrivée a également écrit Van Aert, car il avait le gaz pour gagner sur les Champs-Élysées ; Eekhoff et l’Italien Giacomo Nizzolo auront également les yeux rivés sur cela, tout comme Hayter.

READ  La France se lève avec Ntamack prêt pour le retour de Toulouse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here