Un registre des personnes qui refusent de se faire vacciner contre Covid-19 sera tenu en Espagne. Il sera partagé avec d’autres pays européens mais ne sera pas rendu public, a déclaré lundi le ministre espagnol de la Santé.

Dans une interview avec la chaîne de télévision La SextaLe ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa, a souligné que la vaccination contre le coronavirus, qui a débuté dimanche en Espagne comme dans de nombreux autres pays de l’UE, ne serait pas obligatoire. Cependant, les autorités espagnoles tiendront un registre des personnes qui refusent de se faire vacciner contre Covid-19.

“Ce que nous allons faire, c’est un registre qui, de plus, sera partagé avec d’autres pays européens”, a-t-il dit, précisant qu’il faisait référence “aux personnes à qui il était proposé. .

“Ce n’est pas un document qui sera rendu public”, a-t-il déclaré, ajoutant toutefois que ce dossier serait préparé “dans le plus grand respect de la protection des données”.

2,5 millions de personnes vaccinées à la fin février

Selon la dernière étude publiée lundi par le Center for Sociological Investigation (CIS), un institut de sondage géré par le gouvernement, le pourcentage d’Espagnols qui ne veulent pas se faire vacciner a considérablement baissé, passant de 47% en novembre à 28% en décembre.

Sur la même période, le pourcentage d’Espagnols qui se déclarent prêts à recevoir le vaccin est passé de 36,8% à 40,5%.

Le gouvernement dirigé par le socialiste Pedro Sánchez vise à vacciner 2,5 millions de personnes, appartenant aux groupes prioritaires ou les plus vulnérables, d’ici la fin du mois de février et que le total atteigne 15 à 20 millions d’ici la fin du mois de février. été.

READ  Donald Trump évoque ouvertement une candidature en 2024

Avec près de 50 000 décès et plus de 1,8 million de cas, selon les chiffres officiels, l’Espagne est l’un des pays européens les plus touchés par la pandémie.