L'Etat oblige Bouygues Telecom à retirer 3000 antennes Huawei dans les zones très denses

A la demande du gouvernement, Bouygues Telecom doit retirer 3000 antennes du constructeur chinois Huawei dans des zones très denses. La sécurité exige.

Les équipements Huawei font toujours débat en France. Lors d’une conférence téléphonique, le président de Bouygues Telecom, Olivier Roussat, a annoncé que l’opérateur n’en aura pas “plus d’antenne Huawei dans les zones très denses«D’ici 2028. Cependant, l’Etat demande que 3 000 antennes déjà installées dans ces zones soient démantelées.

Une opération importante sur le réseau Bouygues Telecom, qui compte environ 21 500 agences dans toute la France. “C’est un démantèlement qui sera pris en charge sur huit ans», A expliqué son président en marge de la présentation des résultats semestriels de l’opérateur. Cependant, ce retard est jugé “tout à fait raisonnable en termes d’impact financier sur nos résultats d’exploitation“Par M. Roussat. Cela n’empêche pas l’opérateur de négocier des compensations financières, d’autant plus qu’aucune antenne produite par l’équipementier chinois ne peut remplacer celles démontées.

Huawei a autorisé le compte-gouttes pour la 5G, avec des retards variables

L’équipementier chinois est controversé, avec des soupçons d’espionnage, et l’Etat français aborde avec prudence l’utilisation de ses équipements. Bouygues a déjà reçu, comme les autres opérateurs, les autorisations d’utilisation de Huawei dans le cadre de la distribution 5G, avec certaines limites. Par exemple, l’opérateur explique qu’aucune antenne Huawei n’est autorisée à Strasbourg, Brest, Toulouse et Rennes pour la 5G. Ces villes contiennent des structures stratégiques pour la France.

Des autorisations ont été délivrées dans d’autres zones très denses, avec des retards variables. Dans 4 villes non nommées par l’opérateur, il sera possible d’utiliser Huawei jusqu’en 2023. Neuf autres voient le délai prolongé jusqu’en 2025, tandis que dans le reste de la zone très dense les antennes Huawei sont autorisées jusqu’en 2023. en 2028. Bouygues Telecom n’utilise pas cet équipement à Paris.

READ  Crise de Covid en France: la baisse historique du PIB se confirme, l'épargne aux plus hauts niveaux

Hormis les zones très denses, “a priori l’Etat français n’a aucune contre-indication à l’utilisation des équipements Huawei” pour la 5G, a précisé Roussat.

La source: Capitale