L’été 2022 va-t-il accélérer les efforts de la France pour lutter contre le changement climatique ?

L’été 2022 a été une saison record, caractérisée par de nombreuses vagues de chaleur, des incendies de forêt et une sécheresse sévère. Ces événements climatiques extrêmes semblent avoir accru la prise de conscience du changement climatique chez les Français. Mais sera-t-il suivi d’actions concrètes ?

Canicules, incendies, sécheresses, orages violents… L’été 2022 a battu tous les records. Avec des températures supérieures de 2,3 degrés à la normale pour la saison, il s’agit du deuxième été le plus chaud enregistré en France métropolitaine depuis 2003, selon Météo France le 30 août. Le Service national de la météorologie français a également averti que ces étés pourraient devenir la norme dans les décennies à venir.

Le même jour, Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la transition énergétique, a comparu France Inter et pointé du doigt les « aléas météorologiques majeurs », les sécheresses et les méga-incendies, ainsi que les « conséquences sanitaires » qu’ils entraînent.

« Les experts sont très clairs sur le sujet, (…) l’été 2022 est probablement le plus beau que vous ayez vécu ou que vous vivrez dans les 20 prochaines années », a-t-il déclaré.

Ces derniers jours, plusieurs sondages révèlent que de plus en plus de Français font le pont entre les événements extrêmes de cet été et le réchauffement climatique, craignent d’être personnellement touchés et sont prêts à adapter leur comportement.

Selon un Sondage YouGov Selon le HuffPost, près de 9 Français sur 10 voient le lien entre événements climatiques extrêmes et réchauffement climatique et sont prêts à adapter leur comportement. L’Institut Odoxa a mené une enquête auprès de France Bleu qui révèle que plus de 7 Français sur 10 (71%) craignent d’être personnellement touchés par les événements climatiques.

READ  Tout savoir sur le calfeutrage du climatiseur de fenêtre

2003 Déjà vu ?

L’été dernier, le réchauffement climatique est devenu une réalité pour les Français, qui expriment de plus en plus leur inquiétude face au changement climatique extrême.

Ils n’ont certainement pas été épargnés. Cet été, la France a connu trois vagues de chaleur, dont une début juin ; la sécheresse a été aggravée par la chaleur et le manque de pluie ; de violentes tempêtes et des incendies de forêts ont dévasté plusieurs régions de France.

Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), note que le public est de plus en plus sensibilisé, car il reçoit de plus en plus de demandes d’entreprises et d’associations pour organiser des conférences et des enquêtes médiatiques. Le climatologue, auteur de plus de 250 publications scientifiques, dit recevoir jusqu’à 10 demandes de renseignements par semaine. « Ce n’était pas comme ça avant », poursuit-il.

Il reste toutefois prudent en affirmant que « le problème n’est pas la prise de conscience mais l’action ».

« Après l’été 2003, on a aussi dit qu’il y avait une prise de conscience. Cet été a été suivi d’un été normal, puis tout est redevenu comme avant », raconte Jouzel, craignant que même l’effet de cet été passé « Nous aura un autre été normal ou deux et l’inaction sera à nouveau à l’ordre du jour. »

Les Français sont-ils climato-sceptiques ?

Est-ce le signe que les Français nient la réalité du réchauffement climatique ? Plusieurs médias ont récemment semé la confusion en partageant un OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), menée dans 20 pays et publiée en juillet, qui révélait que 57% des Français pensent que « le changement climatique existe et est causé par l’homme ». Selon ces chiffres, 43% des Français ne croient pas à cette affirmation, malgré le consensus scientifique sur le sujet.

READ  Le manque de changement de gants dans les centres de test COVID-19 en Belgique a entraîné une grave contamination croisée des échantillons, un taux élevé de résultats faussement positifs

Mais cela signifie-t-il vraiment que près d’un Français sur deux est sceptique face au changement climatique ?

Non, dit l’auteur principal de l’étudeAntoine Dechezleprêtre, soulignant que l’étude s’intéresse davantage à savoir si la population soutient les politiques publiques mises en place pour lutter contre le changement climatique.

Dans ce cas, 43% des Français qui pensent que l’humanité n’a rien à voir avec le réchauffement climatique sont tout simplement mal informés.

Cependant, Jouzel soutient que les Français sont encore un peu lents à accepter que les humains causent le réchauffement climatique.

En avril 2021, un sondage Opinion Way révélait qu' »un Français sur cinq (21%) ne croyait pas au réchauffement climatique ».

« Certains acceptent la réalité du réchauffement climatique mais n’acceptent pas la réalité qu’il y a un lien entre le réchauffement climatique et les activités humaines ; tandis que d’autres l’acceptent mais pensent que la technologie résoudra tout, ce qui est extrêmement dangereux », explique le climatologue, ajoutant que les climato-sceptiques sont moins visibles qu’ils ne l’étaient il y a dix ans.

Il n’en demeure pas moins que les Français semblent désormais davantage s’inquiéter de ce phénomène. Selon un sondage Ipsos rendu public le 25 août, le réchauffement climatique est devenu la deuxième préoccupation des Français (32%), derrière l’inflation (33%). « C’est le plus haut niveau jamais mesuré », a déclaré sur Twitter Mathieu Gallard, directeur de l’institut de sondage.

‘Pas ‘s’adapter’, mais ‘changer’ son comportement’

Lorsque Météo France a dévoilé son bilan de l’été 2022, Samuel Morin, directeur du Centre national de recherche météorologique, a déclaré que l’été dernier était « une préfiguration » de l’avenir.

READ  Air France sur les traces de son passé

D’ici 2050, « nous nous attendons à ce qu’environ la moitié des étés aient des températures comparables ou même plus élevées ». Ce sera le cas même si le monde parvient à contenir les émissions de gaz à effet de serre qui causent le réchauffement climatique.

Même si de plus en plus de Français se disent prêts à « adapter leur comportement », Jouzel estime que cela ne suffira pas. « Nous n’avons plus à simplement adapter notre comportement, mais changer notre comportement, et c’est ce que les Français ne comprennent pas », dit-il.

Evoquant la « sobriété énergétique », qui selon lui est une expression vague qui ne propose pas de véritables mesures concrètes, le climatologue trouve « regrettable » que ce sujet n’ait été évoqué que pendant que le conflit en Ukraine était en cours. « C’est assez pathétique qu’on n’en parle que maintenant, alors qu’on l’a toujours su : la nécessité de remettre la sobriété au centre d’une politique climatique était écrite dans les derniers rapports du GIEC et dans les recommandations de 150 citoyens », a-t-il ajouté. ajoutée. rappelles toi. « Ce ne sont pas seulement les choses en marge qui doivent être faites, pas seulement les petits gestes. »

Cet article est une traduction de l’original en français.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here