L’Irakien Sadr mobilise des milliers de personnes lors de la manifestation pro-palestinienne à Bagdad

Publié le:

Bagdad (AFP)

Des milliers de partisans du religieux chiite irakien Moqtada Sadr se sont rassemblés samedi à Bagdad, la capitale, pour dénoncer les attaques meurtrières israéliennes contre les Palestiniens dans les territoires occupés.

«Jérusalem est à nous. Mort à Israël», lisaient les panneaux qui les montraient inonder la place emblématique Tahrir de Bagdad, tenant un immense drapeau palestinien au-dessus de leurs têtes.

«Le monde est contre la Palestine mais Dieu la soutient», lit-on sur une autre pancarte portée par les manifestants qui ont également agité le drapeau irakien et tenu les images de Sadr.

La manifestation a eu lieu samedi quand Israël a frappé la bande de Gaza avec des frappes aériennes, tuant 10 membres d’une famille élargie et démolissant un bâtiment de 13 étages abritant des médias internationaux.

Cela a coïncidé avec les combats en Cisjordanie occupée lorsque les Palestiniens ont marqué la Nakba, ou «catastrophe», lorsque plus de 700 000 d’entre eux ont été expulsés ou ont fui leur terre pendant le conflit de 1947-1948 entourant la création d’Israël.

« Nous sommes avec le peuple palestinien pour le meilleur ou pour le pire », a déclaré Sadr dans une déclaration faite par son représentant à Bagdad, Cheikh Ibrahim al-Jabari.

«Israël essaie, par tous les moyens possibles, de se réconcilier avec les Arabes et les musulmans en normalisant les liens avec des pays guidés uniquement par des intérêts économiques et financiers», dit le message de Sadr.

Il a fait allusion aux accords de normalisation négociés par les États-Unis qu’Israël a conclus l’année dernière avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

READ  La Belgique met en garde contre l'effondrement des unités de soins intensifs

Les experts ont déclaré que la manifestation de samedi était une démonstration de force de la part des partisans de Sadr avant les élections législatives anticipées prévues en octobre.

Le vote est une demande centrale d’un mouvement de protestation anti-gouvernemental qui a éclaté en 2019 et qui a impliqué les partisans de Sadr.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here