Auteurs d’une émission XXL ce dimanche (3-0), le Rossi a dispersé une équipe de Leicester submergée par l’intensité et l’impact, malgré de nombreuses absences et une nouvelle blessure, celle de Naby Keita. Seul bémol, car à part ça tout s’est bien passé: Jota n’a pas perdu le succès, Firmino l’a retrouvé et l’arrière-garde s’est assuré. Bref, Liverpool est de retour en tête de la Premier League.

Liverpool 3-0 Leicester

Mais: Evans (CSC, 21 ansest), Jota (41est) Et Firmin (86est)

Liverpool a un sens de l’histoire. Quelques jours après avoir placé un fichier capsule temporelle dans son nouveau centre de formation, le Rossi honoré avec classe la mémoire de leur gardien Ray Clemence. Et ce sont les fichiers Renards de Leicester qui a payé le prix de la dure loi d’un Liverpool impressionnant, déterminé à rouler sur son adversaire dans la soirée. Ce dimanche il y avait aussi un air de l’apogée des années 80: le club de la Mersey aime le passé, Ray Clemence n’était pas loin.

Le break et puis c’est ici

Pourtant, au coup d’envoi, on pourrait craindre le pire pour les hommes de Klopp, privés de Van Dijk, Alexander-Arnold, Alcántara, Henderson ou Salah. Mais Liverpool ne se soucie pas des blessures, que faire du fait que Leicester est en bonne forme: le rouleau compresseur donne des coups de pied trop vite peut-être pour eux. Renards, qui voient revenir les vagues rouges. Mais comme ils sont maladroits dans le dernier mouvement, le Rossi S’appuyant sur la générosité de Jonny Evans sur un corner: la chute de peau, le défenseur nord-irlandais, non remis des émotions suite à un débordement de Jota, place une tête redoutable dans le but contre son camp (1-0, 21est).
Peut-être enivrés par le beau cadeau de son ami Evans, les joueurs de Jürgen Klopp sont sur le point de rendre la faveur à ceux de Brendan Rodgers dans la foulée. Mais Barnes, bien servi par Vardy, rate la reprise (22est). Mauvaise idée, car Liverpool a repris sa marche en avant, notamment grâce à un trio insoutenable Mané-Firmino-Jota pressant. Il est portugais, Sur le feu dès le début de saison, ce qui permet à Liverpool de doubler la mise avant l’intervalle: mis en orbite par un centre parfait de Robertson, Diogo Jota pousse le cuir au fond du filet (2-0, 41est).

READ  FC Nantes - PSG: les compositions officielles

Firmino allume à nouveau la lumière

Au retour des vestiaires, aucun changement: Liverpool a commencé à marcher sur Leicester, complètement submergé par l’intensité. Et la (nouvelle) blessure du côté de Rossi, celle de Naby Keita cette fois (53est), rien ne change: le Renards sont acculés et cette fois ils ne doivent leur salut qu’à un talentueux Fofana, à la maladresse de Mané, qui ne transforme pas l’offre de Firmino (54est) Et, enfin, au bûcher de Schmeichel, qui détourne une tentative opportuniste du Brésilien dénué de réalisme (56est).
C’est à l’heure de jeu que Leicester décide d’entrer en jeu. Et le Renards Il y a peu d’opportunité de revenir, privé de la réduction de score par une double intervention d’Alisson (61est). Mais les Foxes ronronnent: Firmino est sur le point d’en profiter, mais ses deux tentatives sont stoppées par le poteau puis sur la ligne, pendant quelques millimètres (76est). Mais la chance finit par sourire à l’avant-centre: la lumière vient d’un coin, parfaitement coupé par le Brésilien (3-0, 86est). Ce sera tout pour Liverpool, qui profite de la victoire pour revenir en tête du championnat, aux côtés de Tottenham. Pour battre également son record invaincu à domicile (64 matchs). Le hasard fait parfois les choses correctement, Ray Clemence n’était pas loin.
Liverpool (4-3-3): Alisson – Milner (c), Fabinho, Matip, Robertson – Wijnaldum, Jones, Keita (Williams, 53 ansest) – Jota (88est), Firmino, Mané (Minamino, 88est). Entraîneur: Jürgen Klopp.

Leicester (5-4-1): Flatterie (c) – Albrighton, Fofana, Evans, Fuchs (Praet, 62)est), Justin – Barnes (Moins de 62 ansest), Tielemans, Mendy, Maddison – Vardy. Entraîneur: Brendan Rodgers.

READ  le sprint se prépare, la onzième scène live
  • Résultats et classements de la Premier League

    Par Valentin Lutz