De même que le MX Anywhere 2 et 2S a repris les codes esthétiques de ses proches MX Master 2 et 2S, MX Anywhere 3 s’inspire logiquement du design de MX Master 3. Si la forme et les dimensions hors tout (100,5 x 65 x 34,4 mm) ne sont pas modifiées, cette troisième version est juste plus large à sa base (+3 mm), il y a tous les mêmes changements importants qui changent la poignée de la souris.

Le plus surprenant se situe au niveau des tranches, moins évidées. Le pouce ne peut plus tenir le support sous les boutons, ils sont donc mieux intégrés et un peu plus accessibles. En revanche ce n’est pas sans problèmes de préhension, puisque le revêtement silicone des bords peut être gaufré, il est moins adhérent que le matériau utilisé sur le MX Master 3. Soulever la souris pour la centrer sur le tapis est donc un peu moins évident et pousse pour changer légèrement la façon de le saisir.

Heureusement, Logitech a réussi à réduire la masse de sa souris de quelques grammes. Nos contraintes pour voir la roue MagSpeed ​​alourdir le MX Anywhere 3 ont été levées au moment où nous avons placé la souris sur notre balance de précision. À 95g, c’est même 4g plus léger que Logitech annoncé et perd donc 9g par rapport à Anywhere 2S. De quoi lui donner une bonne agilité lorsqu’il est manipulé du bout des doigts, que vous soyez droitier ou gaucher. En fait, la conception symétrique de la souris lui permet d’être utilisée avec la main gauche. Il faut malheureusement faire une croix sur les boutons, absents du bord droit. Dommage que MX Anywhere 3 ne soit pas complètement ambidextre.

Cependant, le constructeur suisse a fait un effort d’accessibilité avec son nouveau MX Anywhere, élargissant considérablement les boutons principaux. Les gros doigts l’apprécieront. Les oreilles sensibles, en revanche, apprécieront beaucoup moins le son des interrupteurs mécaniques associés à ces boutons. Alors que vous vous attendez à plus de discrétion que les boutons du MX Master 3, ceux du MX Anywhere 3 sont assez bruyants. Cependant, ce sont des Omron D2FC-F-7N classiques, garantis pour un minimum de 10 millions d’activations, que l’on retrouve chez de nombreuses souris. La nouvelle forme des boutons pourrait-elle être responsable d’une moindre isolation phonique? Cependant, pour une souris nomade à utiliser à peu près n’importe où, en particulier dans la communauté, nous trouvons cela plutôt ennuyeux. Il est sans doute difficile de concilier fermeté des boutons (pour éviter les activations prématurées dans un environnement de travail exigu), durabilité et fonctionnement silencieux. Cependant, le constat est clair: MX Anywhere 3 n’est pas discret à ce niveau.

Dommage, car la molette cliquable, toujours sur cette troisième version, est elle-même délicieusement douce et silencieuse. Cependant, il n’utilise pas le même commutateur, car sa durée ne doit pas nécessairement être aussi longue que celle des boutons de clic principaux. Les deux potards sur le bord, pour leur part, sont situés au milieu, plutôt solides, mais pas très bruyants. Un dernier bouton, situé au-dessus de la roue, est utilisé par défaut pour passer d’un mode de défilement irrégulier à un mode de défilement libre. La molette est cependant capable de passer automatiquement en défilement libre à partir d’une certaine vitesse de rotation, si elle est poussée avec un mouvement de doigt assez clair (sensibilité réglable).

Cette roue MagSpeed ​​est en tout cas un vrai plaisir à utiliser. Sa miniaturisation par rapport à celle qui équipe le MX Master 3 se déroule sans contraintes importantes. Par contre il faut toujours faire une croix sur les boutons latéraux au niveau du cadran, la technologie MagSpeed ​​ne permet actuellement pas son intégration. Cependant, Logitech a trouvé une solution pour ceux qui utilisent ces boutons pour contrôler la barre de défilement latérale dans certains logiciels (tableurs, retouche photo ou vidéo …), simplement en proposant de maintenir enfoncé l’un des deux boutons de section en tournant le bouton. pour reproduire cette fonction. Nous nous y habituons assez rapidement.

Malgré une perte de poids qui pourrait soulever des inquiétudes quant à une baisse de la capacité de la batterie Li-Po intégrée, ce n’est pas le cas. Ses 500mAh sont encore suffisants pour fournir jusqu’à 70 jours d’utilisation, selon Logitech. Si vous oubliez de le charger malgré le message d’avertissement apparaissant lorsque le niveau de charge est bas, vous pouvez toujours compter sur une charge rapide pour restaurer 3 heures d’autonomie de la batterie en le branchant simplement pendant une minute avec son câble USB-C. .

Nous apprécions également la connectivité multiple de la souris, avec laquelle elle peut également bien fonctionner dongle USB Unifying fourni (également compatible avec d’autres périphériques Logitech) et avec Bluetooth. Grâce à la fonction Flow, il est également possible de contrôler plusieurs ordinateurs en même temps, qu’ils soient sous Windows ou macOS. Très pratique pour passer, par exemple, d’un ordinateur portable que l’on vient d’utiliser en voyage et qui héberge des documents, à un ordinateur de bureau au travail ou à la maison. Les documents peuvent être glissés d’un ordinateur à un autre simplement en les faisant glisser et en les déposant, comme si vous utilisiez un seul ordinateur. Logitech est allé encore plus loin en simplifiant la gestion des profils en fonction du type de logiciel utilisé. Les fonctions des différents boutons de la souris changent automatiquement lorsque vous passez d’un logiciel compatible (Microsoft Office, Adobe Suite, Zoom, etc.) à un autre. Tout peut être configuré dans le logiciel Logitech Options (voir l’encadré à la fin du test).

Capable de fonctionner sur une grande variété de surfaces, y compris le verre, le capteur optique PixArt PMW3816DM de Logitech MX Anywhere 3, identique au MX Master 3, offre également une excellente précision. Nous apprécions de ne pas avoir à vous soucier de l’endroit où vous placez la souris, qui est vraiment hors route. Nous n’avons pas encore trouvé de matériel susceptible d’interférer avec son capteur.

Logitech, en revanche, a décidé de ne pas indiquer avec précision la sensibilité du capteur dans son logiciel Logitech Options. Au lieu de cela, une simple barre de défilement ajuste la vitesse du pointeur. Plus facile à comprendre pour le grand public, sans doute, mais moins précis si vous voulez trouver rapidement votre réglage préféré – si vous avez l’habitude d’utiliser une autre souris sur votre ordinateur de bureau, par exemple.

C’est notamment le cas chez les joueurs sur PC, car si le capteur MX Anywhere 3 est très performant en bureautique, sa réactivité n’est pas suffisante pour une utilisation dans des jeux rapides (FPS, etc.). Il conviendra tout de même pour une utilisation occasionnelle ou pour des titres moins nerveux, de préférence en utilisant la souris en liaison radio avec son dongle Unification plutôt que Bluetooth pour minimiser la latence.

READ  Télétravail permanent chez Microsoft