L’UE impose des sanctions au patron pétrolier russe lié aux superyachts saisis | Russie

L’Union européenne a imposé des sanctions à un patron pétrolier russe qui, indépendamment des autorités américaines, aurait agi en tant que « propriétaire de paille » de deux yachts liés à Vladimir Poutine et son entourage.

Eduard Khudainatov a été président et chef de la direction de la compagnie pétrolière publique Rosneft avant de lancer sa propre entreprise énergétique, l’Independent Oil and Gas Company, qui est rapidement devenue l’un des principaux producteurs de pétrole de Russie avec des intérêts dans l’exploitation minière, le raffinage et le commerce.

La dit l’UE l’homme d’affaires de 61 ans était associé à Poutine, dont il a aidé à organiser la première campagne présidentielle en 2000, et à son proche allié Igor Sechin, qui a succédé à Khudainatov à la tête de Rosneft. Il a déclaré qu’il avait été mis sur liste noire pour « bénéficier du gouvernement de la Fédération de Russie » et pour être « associé à des personnes inscrites sur la liste ». Sechin et Poutine font l’objet de sanctions européennes depuis l’invasion de l’Ukraine.

Khudainatov a gardé un profil bas par rapport aux oligarques russes comme Roman Abramovich. Cependant, depuis l’invasion, il est devenu internationalement célèbre après avoir été nommé dans une procédure judiciaire comme propriétaire de deux navires de luxe: l’Amadea de 325 millions de dollars (260 millions de livres sterling) et le Scheherazade de 700 millions de dollars. La liste des sanctions européennes ne faisait pas référence à la prétendue propriété des superyachts par Khudainatov.

L’Amadea fait l’objet d’une bataille juridique aux Fidji, où il a été enlevé le 19 avril à la demande du gouvernement américain, qui prétend appartenir à l’oligarque russe sanctionné Suleiman Kerimov.

READ  Des raids en Inde ont interdit l'organisation religieuse dans une affaire présumée de financement du terrorisme

Une piste de sociétés et de fiducies offshore relierait Khudainatov à Amadea et Scheherazade, qui auraient été utilisées par Poutine. Les avocats de la société des îles Vierges britanniques, propriétaire d’Amadea, ont déclaré au tribunal que le propriétaire légal était Khudainatov.

Cependant, selon des documents judiciaires vus par les médias américains, le gouvernement américain a rejeté Khudainatov comme « Propriétaire de paille » qui remplacerait les véritables propriétaires des deux navires. La Cour suprême des Fidji statuera sur l’affaire le 7 juin.

La Shéhérazade, qui compte six ponts et deux héliports, a été saisi par le gouvernement italien en mai. Il avait subi des réparations dans le port de Marina di Carrara et la police s’est abattue avec inquiétude qu’il était sur le point de mettre les voiles. Dans un communiqué annonçant l’ordre de saisie, le ministère italien des Finances n’a pas nommé le propriétaire, affirmant seulement qu’il avait des liens avec « des éléments éminents du gouvernement russe ».

L’organisation créée par le chef de l’opposition russe emprisonné Alexeï Navalny a publié un rapport en mars affirmant avoir des preuves que la Shéhérazade appartenait à Poutine.

Les deux yachts auraient été gérés et équipés par le spécialiste monégasque Imperial Yachts. La société était nommé aux sanctions américaines jeudi soir avec son propriétaire, Evgeniy Kochman.

Le département du Trésor américain a déclaré que la société de Kochman « fournit des services liés aux yachts aux élites russes, y compris celles du cercle restreint du président Poutine ». Il a identifié quatre yachts « favoris de Poutine » – le Nega, le Graceful, l’Olympia et le Shellest – sur lesquels le dirigeant russe avait « fait de nombreux voyages », y compris récemment l’an dernier. Shéhérazade n’a pas été nommé dans la déclaration.

READ  L'artiste accepte 84 000 $ pour créer des toiles vierges intitulées "Take the Money and Run"

Selon la liste des sanctions de l’UE, les activités pétrolières de Khudainatov ont acquis des participations importantes dans des sociétés impliquées dans le secteur de l’énergie, ainsi que leurs licences minières, auprès de la société d’État Rosneft, selon la liste des sanctions de l’UE. Ces dernières années, Rosneft a versé 9,6 milliards de dollars à Khudainatov en échange d’une société qui possède un champ pétrolier à Taymyr, a-t-il précisé.

Khudainatov n’a pas pu être joint pour commenter.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here