Ce n’est qu’une question de jours avant qu’Apple abandonne macOS Big Sur. En attachant le numéro 11 à son système d’exploitation, Apple tente de célébrer l’occasion et de montrer à quel point cette version est décalée après Catalina.

Lors de l’installation de cette version pour la première fois, l’utilisateur se souviendra surtout de la nouvelle interface du système d’exploitation Apple, une interface qui peut ne pas être aussi unanime que les choix faits par l’équipe d’Alan The Dyes sont discutables. On peut citer la barre de menu qui perd en lisibilité, les nouvelles icônes qui nous rappellent les meilleures heures de MSN ou les nombreux éléments de l’interface dont on ne sait pas s’ils ont vraiment été conçus pour être utilisés avec le trackpad ou le doigt (lire: macOS Big Sur: ces régressions qui peuvent agacer).

Quelle est l’icône la plus moche?

Mais ce qui pourrait plaire en premier à l’utilisateur, en fin de compte, c’est le poids du programme d’installation de macOS Big Sur. Depuis la bêta 3, le développement de macOS 11.0 a été unifié. En d’autres termes, l’archive vous permet d’installer macOS à la fois sur un Mac Intel et un Mac Apple Silicon, qui est aujourd’hui limité à DTK. En conséquence, l’installateur flirte avec 12 Go, là où Catalina en a nécessité la moitié.

READ  Apple a créé un masque facial au look `` unique '' pour ses employés de la vente au détail, conçu par les équipes d'ingénierie travaillant sur iPhone et iPad