Ces manifestations interviennent alors que plusieurs pays musulmans ont appelé au boycott des produits français, à la suite des propos du président de la République, qui ne veut pas abandonner les caricatures, lors de l’hommage national à Samuel Paty.

Environ 200 personnes ont manifesté samedi soir devant la résidence de l’ambassadeur de France en Israël pour dénoncer les propos d’Emmanuel Macron sur les caricatures du prophète Mahomet alors que des manifestants brûlaient des photos du président français dans la bande de Gaza.

Les manifestants – certains avec le visage couvert de masques hygiéniques – ont appelé à des banderoles écrites en arabe pour défendre le prophète Mahomet, lors d’une manifestation qui a commencé après les prières du soir à Jaffa, une ville en grande partie arabe à côté de la métropole de Tel Aviv.

Le prophète “est la chose la plus sacrée de l’islam et quiconque obtient son honneur touche tout un peuple”, a déclaré à la foule Amin Bukhari, un manifestant accusant le président français de jouer entre les mains de “l’extrême droite”. “.

La manifestation s’est dispersée sans incident

«Nous devons respecter Moïse parmi les Juifs, nous devons respecter Jésus-Christ, qui est aussi notre prophète, et nous devons respecter le prophète Muhammad (Muhammad, ndlr), que la paix soit avec lui», a ajouté ce manifestant lors de cette rencontre devant la résidence du L’ambassadeur de France Eric Danon, qui a disparu sans incident.

Il appelle au boycott des produits français multipliés samedi dans différents pays ou territoires du Moyen-Orient, après le tollé provoqué par les propos d’Emmanuel Macron qui a promis de ne pas «renoncer aux caricatures» du prophète Mahomet.

READ  LIGUE DES NATIONS: la France s'est qualifiée pour le Final Four après sa victoire au Portugal (0-1)

Le chef de l’Etat français s’est exprimé jeudi lors d’un hommage au professeur Samuel Paty, décapité par un agresseur islamiste après avoir montré les dessins de ses élèves Mohammed lors d’un cours sur la liberté d’expression.

Photo de Macron incendiée dans la bande de Gaza

À Khan Younès, dans la bande de Gaza, une enclave palestinienne de deux millions d’habitants dirigée par le mouvement islamiste Hamas, une poignée de manifestants a brûlé des photos d’Emmanuel Macron et appelé à la défense du prophète et de l’islam, selon des témoins .

“Insulter les religions et les prophètes n’est pas une question de liberté d’expression, mais favorise plutôt une culture de la haine”, a déclaré le Hamas dans un communiqué, affirmant “prévenir”, sans plus de précisions, les “conséquences” de ce que ces déclarations pourraient avoir.

Pour sa part, le Jihad islamique – le deuxième plus grand groupe armé de Gaza après le Hamas – a fait valoir “qu’offenser” l’Islam et son prophète Mohammed, était une “ligne rouge” qui “ne pouvait être tolérée”.