Marioupol, sous de violents bombardements, enterre ses morts en cours de route

Des gens creusent une tombe pour les victimes tuées dans le conflit Ukraine-Russie dans une rue de la ville portuaire assiégée de Marioupol, en Ukraine, le 20 mars 2022. REUTERS/Alexander Ermochenko

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

MARIUPOL, Ukraine, 20 mars (Reuters) – Andrei est occupé à enterrer des voisins morts dans une tombe de fortune en bordure de route devant un immeuble bombardé. Natalia se demande si sa propre maison est toujours debout, tandis qu’une famille s’inquiète de la durée de vie de leurs approvisionnements alimentaires en baisse.

Dimanche marque juste un autre jour d’horreur et de confusion à Marioupol, la ville portuaire de l’est de l’Ukraine qui a été témoin de certains des bombardements et des combats les plus violents depuis que la Russie a commencé son invasion le 24 février.

Prenant une pause avec la pelle, Andrei a déclaré que les voisins qu’il enterrait n’ont pas été tués par des balles ou des grenades russes, mais sont morts de maux aggravés par l’énorme stress des dernières semaines après n’avoir pas pu obtenir de soins médicaux.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Les bombes ne les ont pas tués, mais tout ça… la situation : les sous-sols, le manque d’activité physique, le stress, même le froid », a-t-il dit.

A proximité, plusieurs corps gisaient couverts de couvertures sales. Certaines personnes ont du mal à transporter leurs affaires dans des sacs en plastique ou des boîtes en carton. Un garçon a poussé un chariot de supermarché devant une voiture bombardée.

READ  "J'étais absolument convaincu que j'allais mourir" : Des journalistes partagent un témoignage de première main sur l'embuscade en Ukraine

Andrei a déclaré que l’armée ukrainienne lui avait conseillé, ainsi qu’à ses amis, de stocker les cadavres dans des sous-sols froids, mais ceux-ci sont déjà pleins de personnes à l’abri de l’artillerie russe et des attaques de missiles.

« J’espère qu’il y aura une sorte d’enterrement et ce n’est que temporaire », a-t-il ajouté en désignant le trou dans le sol.

« TOUT EST DÉTRUIT »

Environ 400 000 personnes sont bloquées dans la ville portuaire stratégique de la mer d’Azov depuis plus de deux semaines, avec peu d’accès à l’eau, à la nourriture, au chauffage ou à l’électricité, selon les autorités locales.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a déclaré samedi que le siège russe de Marioupol était « une terreur dont on se souviendra pendant des siècles ».

Le ministère russe de la Défense a accusé dimanche les « nationalistes ukrainiens » de ce qu’il a appelé la « catastrophe humanitaire » à Marioupol et a autorisé la ville jusqu’aux premières heures de lundi à se rendre. Il a déclaré que 59 000 personnes avaient été évacuées de Marioupol au cours des trois derniers jours, a rapporté l’agence de presse TASS.

Assise dans un sous-sol qui est maintenant sa maison depuis 11 jours, Irina Chernenko, une bibliothécaire universitaire, a déclaré qu’elle ne savait pas combien de temps ils pourraient survivre ainsi.

« Espérons le meilleur : vivre comme des humains. Le condo est détruit, tout est détruit. Où peut-on aller du sous-sol ? dit-elle.

« Nous cuisinons près du feu. Pour l’instant, nous avons de la nourriture et du bois de chauffage. Dans une semaine, nous n’aurons rien, pas de nourriture. »

READ  La police découvre un composé secret lié au suspect dans le cas de Madeleine McCann

Certaines parties de la ville sont contrôlées par les forces russes et certaines restent sous contrôle ukrainien, de sorte que les habitants ne connaissent pas le sort des proches vivant dans d’autres quartiers.

Natalia, une assistante maternelle, a déclaré qu’elle restait avec ses enfants et qu’elle ne pouvait pas retourner dans son appartement de l’autre côté de la ville.

« Il n’y a aucune nouvelle, aucune information. Tout est gâché… Nous ne savons pas comment nous allons vivre maintenant. »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Écrit par Gareth Jones; Montage par Hugh Lawson

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here